Crédit : AFP

Canadiens de Montréal

Cinq choses à savoir sur Eric Staal

Publié | Mis à jour

À 36 ans, Eric Staal a une carrière bien avancée. La nouvelle acquisition du Canadien de Montréal a pratiquement tout gagné dans le merveilleux monde du hockey.

Voici cinq éléments à savoir sur le nouvel attaquant du Tricolore :

1. Eric Staal a grandi sur une ferme de la région de Thunder Bay, en Ontario. Ses parents, Henry et Linda, sont tous les deux de descendance néerlandaise. Le grand joueur de centre a appris à jouer au hockey vers l’âge de quatre ans, en même temps qu’il apprenait à conduire le tracteur familial. Staal a également bénéficié d’une grande patinoire extérieure que son père s’appliquait à faire tous les hivers pour lui et ses trois petits frères.

2. Lors de sa longue carrière dans la Ligue nationale de hockey (LNH), Staal a eu la chance de jouer avec ses trois frangins. Alors qu’il évoluait chez les Hurricanes de la Caroline, il a disputé beaucoup de parties avec Jordan. Les deux hommes ont porté les mêmes couleurs pendant près de quatre saisons (2012 à 2016). En 2012-2013, Jared s’est joint à Eric et Jordan pour deux matchs, ses deux seuls dans le circuit Bettman. Finalement en février 2016, Eric est passé des «Canes» aux Rangers de New York, où évoluait son frère Marc, un défenseur.

3. Entre sa première et sa deuxième campagne dans la LNH, Staal a fait un bond de géant sur le plan des statistiques. Après avoir amassé 31 points, il a réussi une incroyable campagne de 100 points, dont 45 buts. Il s’est toutefois écoulé une année complète entre ses deux saisons, puisque Staal a été victime du lockout de 2004-2005. À l’époque, il avait été contraint d’évoluer dans la Ligue américaine, où il a réalisé un record de concession chez les Monsters de Lowell Lock avec 77 points en autant de rencontres.

4. Staal fait partie du très sélect «Triple Gold Club». Celui-ci rassemble tous les joueurs ayant remporté au moins une coupe Stanley, une médaille d’or au Championnat du monde hockey et aux Jeux olympiques. Le nouveau venu chez le CH a remporté le précieux trophée Lord Stanley en 2006 avec les Hurricanes. L’année suivante, il a contribué au gain du Canada au Championnat du monde tenu en Russie. Il a finalement fait son entrée, en 2010, dans le club qui compte aujourd’hui 29 patineurs. À l’époque, il a aidé l’unifolié à se couvrir d’or aux Jeux de Vancouver.

5. Finalement, Staal vivra une première avec le Canadien. En effet, pour la toute première fois de sa carrière dans la LNH, il ne pourra porter le numéro 12. Ce chiffre trône dans les hauteurs du Centre Bell en l’honneur d’Yvan Cournoyer et de Dickie Moore. Staal a toujours enfilé le 12 parce qu’il s’agissait de celui qu’avait son père lorsqu’il a joué pour les Thunderwolves de l’Université de Lakehead entre 1978 et 1983.