Baseball - MLB

Stade à Montréal: «quel genre de contribution va-t-on demander aux gens?»

Publié | Mis à jour

Le premier ministre François Legault a fait couler beaucoup d’encre dans le monde du sport, mardi, en se disant ouvert à aider la riche famille Bronfman à construire un stade de baseball à Montréal en investissant de l’argent public dans le projet.

«Si on est capables d'amener une équipe de baseball, puis que ça amène plus de revenus que l'aide qu'on donne à l'entreprise, bien, tout le monde est gagnant, incluant les Québécois», a-t-il résumé lors de son point de presse quotidien. 

Mercredi matin, à «Salut, Bonjour!», Richard Legendre, professeur associé au programme de management du sport de HEC Montréal, a commenté le dossier. 

«J’ai beaucoup aimé que François Legault traite le dossier du baseball comme les autres dossiers économiques», a d’abord lancé l’homme de 68 ans. 

«Présentement, toutefois, on sait qu’il n’y aura rien en bas de 500 M$ pour un stade neuf. Est-ce que ce projet rapportera plus qu’il coûtera? C’est présentement la grande question et celle sur laquelle les décideurs vont se baser pour évaluer la viabilité de cette idée.»

Richard Legendre a également commenté directement l’idée voulant que le public soit invité à contribuer financièrement dans l’exercice. 

«Quel genre de contribution va-t-on demander aux gens? Ça aussi c’est important. Car je ne vois pas, honnêtement, comment le gouvernement pourrait payer la facture entière. Toutefois, le point positif, si le public est inclus, c’est qu’on va enfin se faire dire les vraies affaires. On pourra alors voir si c’est un bon deal pour nous, les payeurs de taxes.» 

Le spécialiste a conclu en rappelant l’importance, pour le gouvernement, de ratisser large en évaluant un projet du genre. 

«Si on donne le go à ce projet-là, il faudra aussi s’assurer de financer adéquatement les fédérations régionales. Ce sont elles qui offriront, dans quelques années, la relève baseball québécoise au sein de la MLB. Présentement, ces fédérations-là souffrent beaucoup...» 

Voyez le segment complet dans la vidéo ci-dessus.