SPO-SAGUENEENS-CHICOUTIMI-LHJMQ

Crédit : ROGER GAGNON / AGENCE QMI

LHJMQ

«On s’est écrasés» - Yanick Jean

Publié | Mis à jour

Dans un duel ardemment disputé, les Saguenéens de Chicoutimi ont échappé la troisième période et perdu au compte de 5 à 2 contre le Phoenix de Sherbrooke, lundi soir, au Palais des Sports Léopold-Drolet.

«On s’est écrasés, notre gardien de but a donné deux mauvais buts et toute notre équipe, à toutes les positions, s’est écrasée. Ce qu’il faut faire dans ce temps-là c’est montrer du leadership et du caractère, mais on ne l’a pas fait», a évoqué l’entraîneur-chef des Saguenéens Yanick Jean.

Pourtant, les Sags connaissaient un bon début de match. Aucune formation n’a su percer la garde du cerbère adverse lors des vingt premières minutes, mais Hlavaj a dû faire preuve de résilience devant son filet en début de période médiane. Après que les Saguenéens aient passé beaucoup de temps en zone ennemi, alors qu’ils écopaient d’un désavantage numérique, Hendrix Lapierre a brisé la glace.

«On était où on voulait être après deux périodes. Ils se battent à tous les soirs, ils restent dans le match et essaient de profiter de leurs occasions», a souligné le pilote de Bleuets à l’égard de ses troupes.

Le Phoenix explose en troisième

Les hommes de Jean n’ont pas été capables de garder leur vitesse de croisière en troisième période. Après seulement 17 secondes, Justin Gill a créé l’égalité en surprenant Shank. Le Phoenix a renversé la vapeur en comptant à nouveau, non pas un, ni deux, mais bien trois buts en moins de trois minutes.

Les Sags, tenaces, ont répliqué, mais le but de Charles Tremblay est venu clouer l’issue du match. La troupe de Yanick Jean a eu la mèche courte, ce qui n’a pas plu à ce dernier.

«On a posé quelques gestes de frustrations et on a pris une très mauvaise pénalité en poussant un joueur sur le gardien de but adverse après le sifflet. Pour moi c’est de la frustration, ça n’a pas sa place et ce n’est pas avec ça qu’on va avancer dans les séries éliminatoires.»

Le pilote des Saguenéens soutient que son équipe fait face à de l’adversité et qu’ils devront se serrer les coudes pour rebondir.

«Il faut faire un examen de conscience. On ne peut pas réagir avec de la frustration et baisser les bras quand on fait une erreur. C’est un jeu d’erreurs, on en a fait et on va en faire encore», a réitéré Jean.