Crédit : AFP

Baseball - MLB

Blue Jays : au tour du DG d’être récompensé?

Publié | Mis à jour

Le directeur général Ross Atkins pourrait bien être le prochain à signer une prolongation de contrat chez les Blue Jays de Toronto, à en juger par les propos du président Mark Shapiro.

Ce dernier a d’ailleurs accepté en janvier une nouvelle entente qui est valide jusqu’à la fin de la campagne 2025. Pour sa part, le gérant Charlie Montoyo a indiqué la semaine passée que l’option prévue à son pacte pour 2022 sera utilisée par l’organisation. Reste maintenant à décider de l’avenir d’Atkins, qui avait signé un contrat de quatre ans en décembre 2015, puis une prolongation en 2019. Celle-ci couvre l’année en cours.  

Aussi, le club semble satisfait du travail accompli par l’homme de 47 ans.

«Ross et moi-même sommes activement en discussion pour qu’il demeure ici, a admis Shapiro au réseau Sportsnet, dimanche. Je suis évidemment extrêmement heureux et fier du boulot qu’il a fait pour bâtir notre formation et surtout, acquérir et développer du talent en menant cette organisation. Je vois le futur à long terme avec Ross dans le portrait. Je veux qu’il soit ici et ce désir est partagé par les propriétaires.»

Revenir en force  

Effectivement, Atkins a été plutôt actif pendant la saison morte après que les Jays eurent participé aux séries 2020. Le club a entre autres embauché le voltigeur George Springer et le joueur d’avant-champ Marcus Semien. Ainsi, le règne du DG devrait se prolonger et son patron y voit un bon indice de l’état de l’équipe.

«Si vous regardez les concessions sportives les plus fructueuses, vous voyez qu’elles réagissent chaque année, chaque saison, sur des cycles rapides. Elles sont toujours sur le qui-vive. Celles ayant l’habileté et la détermination de miser sur la stabilité et la continuité, même dans les temps durs, donneront à leurs dirigeants la possibilité d’effectuer des ajustements. Les choses vont rarement dans le sens que vous aviez prévu au départ. La continuité vous donne le pouvoir de vous adapter en cours de route, car un plan devra certainement être modifié.»

Pour cette raison, les Jays n’ont pas voulu tout chambouler à la suite d’un parcours ardu en 2019, lors duquel ils ont présenté un dossier de 67-95. Ils préfèrent garder les mêmes visages aux commandes, disant s’inspirer de concessions sportives ayant obtenu du succès sans trop changer leur organigramme.

«Quand vous modifiez tout, il faut du temps aux autres membres de l’équipe pour composer avec un nouveau style, des valeurs différentes et de nouvelles attentes. On doit rebâtir la confiance. Des clubs comme les Spurs de San Antonio, les Steelers de Pittsburgh et les Patriots de la Nouvelle-Angleterre ont beaucoup de stabilité au sommet. C’est un modèle difficile à reproduire dans le sport professionnel, où l’émotion et le rythme constituent des facteurs décisionnels. Par contre, si vous avez le pouvoir de le reproduire, c’est habituellement un avantage.»

Tanner Roark malmené par les Yankees

Dans la Ligue des pamplemousses, dimanche, le partant des Blue Jays de Toronto Tanner Roark a vu les Yankees de New York marquer sept points contre lui en deux manches et un tiers, les siens s’inclinant 8 à 3 à Dunedin.

Roark, dont la moyenne de points mérités à l’entraînement est de 8,44, a concédé quatre points durant le premier tour au bâton et trois autres au troisième avant d’être remplacé. Thairo Estrada lui a causé des ennuis, celui-ci claquant un circuit de trois points. Luke Voit et Clint Frazier ont chacun cogné deux coups sûrs, faisant compter un et deux points respectivement. Aaron Judge a croisé le marbre à une occasion.

Le lanceur étoile Gerrit Cole a été convaincant chez les Yankees, allouant un point en cinq manches, tout en éventant huit frappeurs au bâton.

Tous les points des Jays ont été le résultat de longues balles en solo, celles de Marcus Semien, Teoscar Hernandez et Kevin Smith.

La formation ontarienne affrontera les Tigers de Detroit, lundi soir.

- Au camp des Astros de Houston, le Québécois Abraham Toro a été retiré sur des prises à sa seule présence au bâton après un retrait en début de neuvième manche, dans une défaite de 4 à 2 aux mains des Marlins de Miami. Toro a remplacé Alex Bregman au troisième coussin en septième.