Crédit : AFP

LNH

La folle saison d’Anton Forsberg

Publié | Mis à jour

La dernière année a été particulièrement éprouvante pour le gardien Anton Forsberg, qui a été réclamé au ballottage par les Sénateurs d’Ottawa mercredi. 

Le Suédois de 28 ans en est à sa quatrième équipe en six mois et espère maintenant pouvoir poser ses valises pour de bon.

L’hécatombe devant le filet chez les Sénateurs a forcé la formation d’Ottawa à aller chercher du renfort chez les Jets de Winnipeg. Forsberg y était sur l’équipe de réserve depuis le 15 janvier, date où les Jets l’ont réclamé au ballottage des Hurricanes de la Caroline.

Trois jours plus tôt, les Canes l’avaient aussi réclamé au ballottage des Oilers d’Edmonton, avec qui il avait signé un contrat pour la présente saison.

Cette fois, les blessures à Matt Murray, Marcus Hogberg et Joey Daccord pourraient véritablement ouvrir une porte à Forsberg. Ce dernier a d’ailleurs été transporté d’urgence à Ottawa, par jet privé, après que Daccord eut tombé au combat mercredi. Après consultation entre les Sénateurs, la ligue et les Jets, Forsberg a pu éviter une autre quarantaine.

«Parce qu’il allait d’une bulle à l’autre, et qu’il n’a été en contact avec personne au Canada, on nous a dit qu’il pouvait joindre l’équipe immédiatement», a précisé le directeur général Pierre Dorion à TSN.

Forsberg a donc pu patiner pour la première fois avec les Sénateurs vendredi au Canadian Tire Centre.

«J’aurais fait n’importe quoi pour ne pas refaire une autre quarantaine. J’en ai fait quelques-unes maintenant», a indiqué Forsberg, qui ne s’attendait certainement pas à autant de rebondissements en début de saison.

«Beaucoup de choses se sont passées dans le monde et les règles ont changé au cours de la saison avec la COVID-19. Le troisième gardien est devenu plus important que jamais. Je suis juste heureux d’être ici.»

Difficile pour la famille

Dans les circonstances, Forsberg a inévitablement une pensée pour sa petite famille.

«Pour moi, c’est toujours la même chose qui se répète : j’arrive dans une nouvelle équipe, je pratique et rencontre tous les gars. Mais c’est pire pour ma famille, qui doit déménager pour me suivre, a indiqué Forsberg. Maintenant, nous devons nous faire de nouveaux amis, ce qui est encore plus compliqué. C’est plus dur pour eux que pour moi.»

N'ayant pas joué depuis plus d’un an dans la LNH, Forsberg verra de l’action immédiatement avec sa nouvelle organisation alors qu’il sera le partant des Senators de Belleville, samedi après-midi.