Canadiens de Montréal

Marc Bergevin : «Je n'ai pas peur d'un congédiement»

Publié | Mis à jour

Les Canadiens de Montréal ont déjà atteint le seuil de la mi-saison et qui de mieux que l'architecte du club pour présenter le bilan jusqu'ici. 

Marc Bergevin s'est ainsi adressé aux journalistes, mardi, en début d'après-midi, à Winnipeg. Voici un résumé des propos qu'il a tenus.

Ci-dessus, voyez le point de presse de Marc Bergevin.   

Sur le mouvement de personnel :

«Côté humain, c'est difficile (...). Ce ne sont pas des décisions faciles. Beaucoup de nuits blanches.»

Sur le marché des transactions :

«Au niveau de la masse, tu n'as pas de flexibilité. Avec les espoirs, tu augmentes la masse salariale. Ce sera vraiment difficile. Pour moi, c'est important de garder le cap sur l'avenir de l'équipe à long terme.»

Sur la blessure de Ben Chiarot :

«On ne peut le remplacer en raison de la masse salariale. Pour le réintégrer, il faut avoir de la place sous le plafond. À Tampa Bay, par exemple, Nikita Kucherov ne reviendra pas. Ben, lui, va revenir.»

«On espère que son absence sera plus près de six semaines que huit.»

Sur Dominique Ducharme :

«Il a fait de petits changements qui ont beaucoup aidé notre formation. Je suis satisfait de ce qu'il a fait. Sans rien enlever à Claude et Kirk, il apporte une nouvelle voix.»

Sur la possibilité d'être congédié :

«Je l'ai toujours dit. Je n'ai pas peur d'un congédiement. Si c'est pour arriver, ça arrivera. Ce que je fais, c'est dans le meilleur intérêt de l'organisation.»

Sur le rendement de Carey Price :

«On voit des meilleures performances de sa part (...). On voit depuis quelques matchs le Carey Price qu'on connait.»

Sur la première moitié de saison :

«On a connu un bon début avant de connaître un creux. Avec Dominique, on a repris du poil de la bête.»

«Je suis satisfait.»

Retour en force de Carey Price :

«C'est un peu de tout. Un changement de voix et une nouvelle approche. Carey a fait un pas vers l'arrière. Il est très dur envers lui-même. J'ai eu une conversation avec lui il y a deux semaines. Il a à coeur le succès des Canadiens de Montréal.»

Sur la possibilité d'améliorer l'équipe

«Si l'occasion se présente d'aller chercher quelque chose qui va aider l'équipe, je le ferai. Je n'ai jamais dit que je ne ferai rien. Mais ça devient de plus en plus difficile de faire des ajouts. Il faut être créatif.»

«C'est difficile à gérer.»

Progrès du club

«Si tu regardes les points, on est proche de Winnipeg. Si on gagne contre Winnipeg demain, on sera à un point d'eux. La parité est là. C'est une ligue tough.

«Il faut garder l'objectif et travailler avec l'équipe qu'on a bâtie.»

Sur la venue possible de Cole Caufield ou Jordan Harris dès ce printemps

«Pouvoir évaluer un joueur sur 23-24 matchs, ça vaut plus la peine que pendant un ou deux matchs. Par contre, Gary Bettman a indiqué que le plafond salarial ne bougerait probablement pas pendant quatre ans. Ça va être difficile de naviguer à travers ça.» 

Sur Cale Fleury

«Les ajouts de Romanov et Edmundson l'ont un peu poussé (dans l'échiquier).»

Sur ses attentes

«Ça n'a pas changé. C'est une ligue tough. Il faut se qualifier pour les séries. C'est difficile. Chaque soir c'est une histoire d'un but. Carey Price et Jake Allen ont été bons et ils ont été dans les meilleurs quand ils sont au sommet de leur art.»

«J'ai (encore) des attentes élevées.»

Coussin sous le plafond : comment y arriver?

«Si on donne un joueur ou un atout ou si quelqu'un se blesse à long terme.»

«Ce n'est pas la fin du monde, mais je préférerais ne pas toucher à notre coussin.»

Sur Lukas Vejdemo

«J'aime son intensité et son patin. Il est engagé physiquement. Depuis l'an dernier, il a atteint une coche. On aime sa progression.»

Une équipe dure à évaluer?

«Un DG d'une bonne équipe m'a appelé hier soir. Il m'a dit "un soir on joue très bien l'autre soir je ne reconnais pas mon équipe".»

«On n'est pas la seule équipe à avoir ces hauts et bas.»

Sections réorganisées

«J'aime comment c'était avant. Sans rien enlever aux équipes canadiennes, les voyages dans l'Ouest canadien sont parfois éreintants.»

La glissade récente

«Ça m'inquiétait beaucoup.»

Rôle de passeur de Jonathan Drouin

«J'apprécie ce qu'il fait. il a toujours eu une vision supréieure, mais il y a encore de la place pour marquer des buts. Dominique travaille avec lui. Il a encore un autre niveau qu'il peut atteindre et éventuellement, on va le voir marquer des buts.»

Sur la saison de Jeff Petry

«La journée de la transaction, on était à San Jose. On a cédé un choix de 2 et 5. C'est devenu un 2 et un 4. À l'époque je n'avais aucune idée qu'on pouvait prolonger son contrat. Nos éclaireurs l'aimaient beaucoup. 

«C'est un joueur d'élite. Il voulait rester à Montréal et on l'a gardé.»