Quebec

Crédit : Photo d’archives

Boxe

Sébastien Bouchard revient de loin

Publié | Mis à jour

C’est un Sébastien Bouchard affamé qui sautera dans l’arène de l’hôtel Plaza Québec, mardi, pour son premier combat en près de 16 mois. Après une succession de blessures difficiles à encaisser et la pandémie qui a freiné les opportunités, le boxeur nage enfin en plein bonheur avec, coup sur coup, un bébé naissant et la chance d’enfiler les gants.

«Je vis des beaux moments, c’est clair. Plusieurs boxeurs qui sont devenus pères m’avaient dit que je perdrais la flamme, que ça changeait la "game". Moi, ça ne me joue pas dans la tête. J’ai encore envie de me battre», a expliqué le papa du petit Tyler, né le 26 février, et de la jeune Amanda, trois ans, lors d’un entretien téléphonique.

«Les deux ou trois premiers jours ont été plus durs parce que je me réveillais souvent la nuit. Au gym, je trouvais qu’il me manquait l’étincelle, la fraction de seconde quand vient le temps d’exploser. Même si je suis dur à ébranler, j’ai vite compris que le sommeil est aussi important que l’entraînement. Ma blonde sait à quel point la boxe est importante et comme toujours, elle m’aide dans l’ombre», a-t-il souligné.

Enfin en forme

Mardi, c’est le Mexicain Mario Perez (20-7-5, 12 K.-O.) qui sera devant lui pour son grand retour entre les câbles.

«Et on ne parle pas comme bien d’autres fois du typique Mexicain fini qui vient se faire frapper! C’est un gars d’expérience qui ne va pas souvent au plancher. C’est un bon combat de retour pour moi. On parle d’un gars établi au Canada avec un promoteur d’ici», s’est empressé de spécifier Bouchard.

Il faut dire que dans les dernières années, ce n’est pas tant ses rivaux que son propre corps qui lui a joué des tours.

Le pugiliste originaire de Baie-Saint-Paul et établi à Québec a accumulé les malchances. Deux déchirures aux biceps et une blessure à la coiffe du rotateur ont freiné sa progression.

Puis, au printemps dernier, c’est son trapèze du côté gauche qui l’a largué à l’entraînement. «C’était un problème neurologique et ça fait des mois que je travaille là-dessus, mais là tout va bien. On a pu aller au maximum de ce qu’on voulait faire à l’entraînement», a-t-il assuré.

Court terme

L’auteur d’une fiche de 18-2-0 (8 K.-O.) se battait pour un titre nord-américain à son dernier combat, quand la déveine l’a frappé. S’il espère obtenir rapidement une autre opportunité dans le genre, il a toutefois décidé de ne plus se faire de mauvais sang quant à son avenir professionnel.

«On veut que ça aille vite, mais j’y vais un combat à la fois. Souvent, j’ai voulu voir trop loin et j’ai été déçu. J’ai les mêmes ambitions, mais sans pression. J’espère juste que le corps va arrêter de me lâcher parce que ça me retarde et ça fait trois ans que je tourne en rond», a-t-il indiqué.

Bouchard, en bon battant, refuse toutefois de voir les dernières blessures accumulées comme un signal.

«Si c’était ma tête, j’arrêterais, mais mon corps, je suis plus insouciant. J’aurai toute ma vie après la boxe pour refaire mon corps.»