Canadiens de Montréal

Carey Price ou Jake Allen?

Publié | Mis à jour

Puisqu’on connaît la propension des partisans du Canadien à tomber dans le mélodrame, on s’est retenu le plus longtemps possible. Mais à la lueur de la tenue de Carey Price lors de ses trois dernières sorties, la question mérite maintenant d’être posée : Price ou Allen?

Pour samedi soir, à tout le moins, ce sera Allen. C’est ce que Dominique Ducharme a confirmé en point de presse, vendredi. Mais qu’en sera-t-il de la suite? 

Il ne reste plus que 37 matchs à la saison du Canadien. En temps normal, il resterait moins de la moitié du calendrier. Même dans ce contexte, la lutte pour une place dans les séries deviendrait farouche.

Alors, imaginez l’importance de chaque point dans une saison où tous les matchs sont disputés à l’intérieur de la même division. Le creux de vague dans lequel se trouvent les Montréalais depuis sept matchs – au cours desquels ils n’ont remporté qu’une victoire (1-4-2) – l’a fait passer du deuxième au quatrième rang de la section Nord.

Voyez Mike Bossy qui répond aux questions des partisans sur le CH dans la vidéo ci-dessus.

Oui, le Canadien a des matchs en main sur tous ses adversaires (à l’exception des Jets), mais de la façon dont vont les choses, il est loin d’être garanti qu’il va les gagner.

Ducharme doit absolument stopper la glissade du Tricolore. Par conséquent, le temps est-il venu de mettre un terme à ce simili système d’alternance et de faire confiance au gardien le plus hot?

«Nous aurons besoin de nos deux gardiens. Avec tous les matchs rapprochés, c’est impossible qu’un seul gardien fasse partie de la solution. On a besoin de tous nos joueurs et on a besoin de nos deux gardiens», a-t-il insisté.

Statistiques éloquentes 

À ses trois derniers départs, Price a accordé 14 buts. C’est un de moins que les 15 accordés par Allen... en sept rencontres. Cette tendance se remarque dans les statistiques traditionnelles des deux hommes masqués.

Pendant que Price déçoit avec un taux d’efficacité de ,888 et une moyenne de buts alloués de 3,13, Allen répond aux espoirs que Marc Bergevin fondait en lui au moment de faire son acquisition. Depuis son arrivée avec le Canadien, il affiche une moyenne de buts alloués de 2,14 et un excellent taux d’efficacité de ,932.

Il fut une époque où cette différence aurait pu s’expliquer par la qualité des adversaires auxquels chacun des gardiens avait fait face. Impossible, cette fois, de tenir compte de cette donnée.

Abstraction faite des quatre matchs de Price contre les Maple Leafs et de celui contre les Jets, les deux gardiens ont affronté les mêmes rivaux.

D’ailleurs, le rendement de Price est pire si on extrait les quatre confrontations face aux Leafs. Sans les Torontois dans l’équation, il fait face à près de 1,5 tir dangereux de moins par tranche de 60 minutes (17,23 contre 18,65). Toutefois, sa moyenne de buts sauvés est pire (-0,62 contre -0,53).

Plus occupé que Price 

Difficile de voir un coéquipier en arracher. Surtout quand c’est un vétéran et un leader de l’équipe. On a tendance à se flageller plus rapidement.

«On doit jouer mieux devant lui, c’est ce qui nous tracasse le plus. On n’en fait pas assez pour lui faciliter la tâche. On sait ce qu’il est en mesure d’accomplir et ce qu’il a fait pour cette concession. On connaît son talent», a plaidé Shea Weber.

Le capitaine n’a pas tort, mais la réalité, c’est que ses coéquipiers et lui jouent mieux devant Price que devant Allen.

Fait intéressant, des trois revers subis par le Canadien avec Allen devant le filet, deux sont survenus par jeu blanc, alors que le troisième a été encaissé en prolongation.

Par ailleurs, il n’est pas rare de voir un club se resserrer défensivement devant un gardien auxiliaire, sachant que le partant n’est pas là pour les sauver. Ce n’est cependant pas le cas cette saison. Même qu’Allen est plus occupé que Price.

Particulièrement à partir du bas de l’enclave, où il affronte près de deux tirs de plus par tranche de 60 minutes. En plus, après avoir affronté 34 et 35 tirs lors des deux premiers matchs, Price a fait face à moins de 30 tirs dans neuf de ses dix derniers.

À l’inverse, Allen a fait face à des barrages de plus de 30 lancers à ses cinq dernières présences. À deux de ces occasions, l’adversaire a arrêté le compteur à 39.