Crédit : AFP

Formule E

Formule E : cinq candidats pour le titre

Publié | Mis à jour

La prochaine saison de Formule E devrait être particulièrement enlevante, si l’on se fie aux essais tenus lors de la saison morte, au cours desquels les 24 pilotes n’étaient séparés que par une toute petite marge. 

La Formule E sera diffusée sur les ondes du réseau TVA Sports et sur la plateforme de diffusion TVA Sports direct dès vendredi 7h30 pour les qualifications de l'ePrix de Diriyah (Arabie Saoudite).

• À lire aussi: Formule E : surfer sur le succès des courses nocturnes

«On l’a vu [lors des essais de la saison morte], bien malin est celui qui peut prédire qui va gagner, puisque tout le peloton était regroupé en sept dixièmes de seconde. On devrait facilement avoir cinq vainqueurs différents», a analysé Bertrand Godin, qui sera l’analyste lors des reportages de courses sur les ondes de la chaîne de TVA Sports.

À quelques heures de la première course de la septième saison de Formule E, voici malgré tout cinq pilotes qui seront de sérieux aspirants pour le titre de champion du monde de la discipline.

Jean-Éric Vergne, DS Techeetah

À tout seigneur, tout honneur. Jean-Éric Vergne est le seul double champion de la série et il amorcera la campagne avec l’équipe qui a remporté les deux derniers titres des constructeurs.

Vergne a triomphé en 2017-2018 et 2018-2019, mais sa bonne forme s’est arrêtée avec l’arrivée de son nouveau coéquipier Antonio Felix da Costa, qui lui a soutiré les honneurs l’année dernière.

Le Français croit toutefois que quelques pépins techniques l’ont lourdement handicapé en début de saison et qu’il sera en mesure de revenir à l’avant-scène.

«C’étaient de petits problèmes de logiciels qu’on n’arrivait pas à régler par rapport à mon style de pilotage. Mais je pense que cette année, le problème devrait être réglé», a dit Vergne lors d’une entrevue cette semaine.

Antonio Felix da Costa, DS Techeetah

Da Costa n’a pas perdu de temps pour se faire valoir au sein de l’une des écuries de pointe, lui qui a remporté le championnat avec la plus grande marge de point de l’histoire de la FE en 2020.

Tout comme Vergne, il tentera d’étoffer son palmarès et la lutte pourrait faire des flammèches.

«On sait toujours ce que ça donne dans une écurie quand il y a deux coqs dans le poulailler. C’est une belle lutte à suivre», a fait valoir Charles-Antoine Sinotte, qui commentera les courses à TVA Sports.

«Dans n’importe quelle écurie de pointe, ça demande une gestion impeccable, a ajouté Godin. Ç’a été bien géré l’année passée, mais en ce début de saison, on ne jouera pas la carte d’équipe. C’est chacun pour soi. C’est pour ça que ça peut donner des rebondissements assez intéressants.»

Pas question, toutefois, que cette lutte nuise à l’écurie ou à la relation entre les deux pilotes.

«[Notre relation] va très bien, a dit Vergne. On se voit souvent pendant les journées de simulateur. On dîne souvent ensemble. La relation est très bonne. »

Lucas di Grassi, Audi

Impliqué dans le championnat depuis les premiers jours, Lucas di Grassi a toujours été une menace, prenant au passage le titre au terme de la saison 2016-2017.

Audi vient par ailleurs au premier rang de l’histoire avec 43 podiums. La marque allemande quittera toutefois la série après cette saison, ce qui devrait malgré tout représenter une source de motivation supplémentaire pour terminer en beauté.

«Di Grassi, ça pourrait être sa dernière saison. Ce sera intéressant. C’est un gros nom, il est polarisant. Il est très coloré. Chaque fois qu’un personnage quitte une série, c’est intéressant», a fait valoir Sinotte.

Sébastien Buemi, Nissan e.dams

Auparavant motorisé par Renault, e.dams a connu sa part de succès avec 17 victoires, un sommet dans ce championnat. Le passage à Nissan a toutefois été difficile, mais l’écurie s’est ressaisie avec la deuxième place chez les constructeurs la saison dernière.

Sébastien Buemi, ancien pilote de Formule 1, est avec l’écurie depuis le premier jour et il a remporté le titre en 2015-2016. Il sait donc très bien ce qu’il doit faire pour être couronné à nouveau.

Stoffel Vandoorne, Mercedes

Finalement, Stoffel Vandoorne et Mercedes pourraient venir jouer les trouble-fête. Malgré une première saison moyenne, les Flèches d’argent ont complété la saison en force avec un doublé lors de la dernière épreuve.

«On voit des écuries comme Mercedes qui devrait être un joueur important a lancé Godin. Ils ont fini la saison en force l’année passée avec Stoffel Vandoorne et Nick de Vries. C’est une équipe qui devrait se battre pour le titre.»