LNH

L'Avalanche ne s'est pas laissé déconcentrer

Publié | Mis à jour

Une glace en mauvais état et un délai de huit heures n’ont pas empêché Nathan MacKinnon de montrer toute l’étendue de son talent lorsque l'Avalanche du Colorado a affronté les Golden Knights de Vegas aux abords du lac Tahoe, samedi.

Dans l’uniforme rétro rendant hommage aux Nordiques de Québec, MacKinnon s’est tout d’abord fait complice d’un filet de Samuel Girard, en première période sous le soleil tapant. 

Plus tard en soirée, il a inscrit un but à la suite d’un effort individuel, puis il a récolté une mention d’aide sur le filet de la victoire. Résultat: le Néo-Écossais a amassé trois points dans une victoire de 3 à 2.

Le joueur-vedette a expliqué, après la rencontre, que la situation entourant ce match en plein air était certes particulière, mais totalement compréhensible. Il a malgré tout avoué avoir été surpris par la décision de la Ligue nationale d’interrompre la partie et qu’il était prêt à continuer malgré la piètre qualité de la glace.

«Cela semble flou, honnêtement, a dit MacKinnon en vidéoconférence après la rencontre. La glace était mauvaise, mais nous n'avons jamais pensé à nous arrêter. Je n'avais pas réalisé que c'était une possibilité. Je pensais que nous allions simplement jouer et rentrer à la maison.»

«C’était assurément plus agréable en deuxième et en troisième. C’est [décevant] que le lac et les montagnes n’étaient pas en arrière-plan, mais c’était simplement trop ensoleillé pour cette altitude. C'est comme ça à Denver aussi. Quand il fait chaud, c'est dur.»

Une première

MacKinnon n’a pas été le seul joueur à être surpris par cette pause. Mikko Rantanen a lui aussi été pris de court par cette décision, mais il a indiqué qu’il a aimé sa journée lorsqu’est venu le temps de faire le bilan.

«C'était probablement la journée de hockey la plus étrange à laquelle j'aie jamais participé, a concédé Rantanen. Ç’a commencé à midi et tout un coup, ils arrivent et nous disent que nous allons continuer à 21 h. C'était un peu bizarre, mais nous sommes passés à travers et nous avons eu les deux points, donc c’était amusant en fin de compte.»

Il s’agissait d’une première victoire en trois parties extérieures pour l’Avalanche. Les joueurs étaient bien au courant de cette vilaine séquence, et ils ont amorcé le match en force pour tenter de renverser cette tendance.

«L’expérience globale, c’était incroyable, a dit le capitaine Gabriel Landeskog. C’est un souvenir pour la vie. Et nous avons finalement brisé la malédiction de ces matchs en plein air et nous avons pu en gagner un, ce qui le rend beaucoup plus spécial.»