Crédit : Photo AFP

Canadiens de Montréal

La différence entre le CH d'aujourd'hui et l'an dernier

Publié | Mis à jour

Phillip Danault symbolisait parfaitement ce match. Oui, il a gaffé sur le premier but des Maple Leafs de Toronto en perdant la rondelle contre Auston Matthews. Mais il a trouvé une façon d’oublier ce mauvais jeu pour revenir encore plus fort.

C’était la même histoire pour le Canadien de Montréal. En première période, le CH ne touchait pratiquement pas à la rondelle. Tranquillement, cette équipe a regagné sa confiance pour finalement renverser la meilleure formation de la section Nord avec deux buts en troisième période. Une victoire de caractère. Une victoire aussi de détermination.

«Je travaille mentalement, le hockey c’est juste du mental, a rappelé Danault quelques minutes après cette victoire de 2 à 1 contre les Leafs. Je devais oublier mon erreur, on voulait pousser pour obtenir la grosse victoire. Nous avons finalement reçu notre récompense pour notre travail.»

Danault a ensuite dressé une comparaison intéressante entre l’équipe de cette année et celle de la dernière saison.

«Le positif, c’est que je vois la différence avec l’an dernier. On n’arrêtait pas de perdre, mais on ne trouvait pas de façons de se relever. On a une force mentale qu’on n’avait pas l’an dernier.»

«Il y a de la confiance, mais aussi de la détermination, a renchéri Claude Julien. La détermination, c’est ce qui nous a sortis d’un début de match difficile. On a fait beaucoup de préparation pour ce match, surtout après une semaine pénible. Plus le match avançait, plus on voyait les choses qu’on faisait bien en début de saison. On voudra bâtir avec ce match.»

Tatar dans les gradins

Tomas Tatar a dominé le CH l’an dernier avec 61 points (22 buts, 39 aides) en 68 matchs. En 2018-2019, il avait terminé au deuxième rang des marqueurs de l’équipe avec 58 points. Depuis deux ans, il avait joué 95 % du temps à l’aile gauche du premier trio avec Danault et Brendan Gallagher.

Pour ce match à Toronto, le Slovaque a reçu un avertissement clair de la part de Claude Julien qui lui a indiqué le chemin de la passerelle de presse.

«Nos standards sont élevés cette année, a expliqué Julien pour justifier son choix. Tomas n’est pas un mauvais joueur, mais on s’attend à plus de lui. Pas juste sur la feuille de pointage, mais ailleurs aussi. Il perd la rondelle, il ne la sort pas de sa zone. De petits détails. On a placé Perry, on voulait l’avoir en supériorité numérique contre les Leafs. On n’a pas de blessé, on a des gars qui attendent de jouer. On veut garder tout le monde honnête. On s’attend à de bons matchs de tout le monde.»

En 14 matchs cette saison, Tatar a obtenu 8 points (quatre buts, quatre aide). Depuis la troisième période du match de mercredi contre les Maple Leafs, il se retrouvait à l’aile gauche du troisième trio.

Il a glissé encore plus en sortant pour une première fois de la formation.