Crédit : AFP

Tennis

Australie: Raonic affrontera Djokovic

Publié | Mis à jour

De son côté, le Canadien Milos Raonic a également accédé au quatrième tour du premier tournoi majeur de la saison grâce à un gain en quatre manches devant le Hongrois Marton Fucsovics, 7-6 (2), 5-7, 6-2, 6-2.

La rencontre a duré 3h13.    

Le Canadien a réussi 13 as et commis cinq doubles fautes. Son rival, 55e au monde, a réussi deux as et commis cinq doubles fautes.Raonic a obtenu 12 balles de bris lors du duel. Il en a profité à cinq occasions, comparativement à deux réussites pour Fucsovics. 

«C’est positif dans l’ensemble, a indiqué Raonic. J’ai connu quelques difficultés. Je suis désolé de voir que Marton s’est blessé. J’espère que ce n’est rien de sérieux. Je suis heureux de passer au quatrième tour et d’avoir la chance d’aller loin dans ce tournoi. Ce sera de plus en plus difficile à compter du prochain match. Je vais devoir trouver une façon d’être meilleur.» 

Raonic, 14e favori et 14e mondial, affrontera le Serbe Novak Djokovic, première raquette mondiale, au quatrième tour. «Djoko» a eu toute la difficulté du monde à vaincre l'Américain Taylor Fritz, 7-6 (1), 6-4, 3-6, 4-6, 6-2.

Toutefois, Djokovic a laissé plané le doute quant à son prochain match contre Raonic. En effet, «Djoko» a chuté à la troisième manche contre Fritz. Il a admis en conférence de presse d'après-match qu'il ne sait toujours pas s'il foulera le terrain dans deux jours en raison d'une déchirure abdominale.

«C'est une déchirure musculaire, donc je ne sais pas si je m'en remettrai en moins de deux jours», a commenté le Serbe.

«Je ne sais pas si je serai en mesure d'entrer sur le court ou pas. Je suis très fier de ce que j'ai réussi ce soir, pour le reste on verra demain», a-t-il commenté.

Le N.1 mondial a pris un temps mort médical à 1-2 dans le troisième set et a quitté le court, souffrant visiblement des abdominaux sur le côté droit.

De retour, il a semblé au bord de l'abandon, incapable de se mouvoir et de frapper normalement.

«Dans le quatrième set, je n'ai fait que servir, je servais deux premières balles, je n'arrivais pas à retourner», a avoué Djokovic.

«Je n'ai fait qu'essayer de rester en vie en espérant que, quoi qu'il se passe là-dedans, ça passerait un peu. Et c'est un peu passé vers la fin du quatrième set», a-t-il ajouté en assurant que Fritz «avait perdu le match», plus que lui-même ne l'avait gagné.

Dans la manche décisive, Djokovic a semblé toujours souffrir, mais moins. Il s'est un peu mieux déplacé, a tiré un peu plus sur son service, ce qui lui a permis de tenir sa mise en jeu sans trop être menacé jusqu'à 3-2 et, profitant d'une balle de break offerte sur une faute directe de Fritz, Djokovic a fait l'effort et pris le service de son adversaire pour se détacher 4-2.

Il a alors serré les dents, le poing et tenu son service (5-2) puis profité d'un nouveau mauvais jeu de Fritz pour passer, en poussant un énorme cri bestial.

«C'est l'une des victoires les plus étranges de ma vie. Quels que soient l'endroit et l'adversaire, me sortir d'un match comme ça, je m'en souviendrai», a-t-il assuré.

Sans compter qu'à 23h30, le juge arbitre a demandé aux spectateurs de quitter le court afin d'être chez eux à 00h00 pour le début du confinement décrété par les autorités. Le match a été suspendu quelques minutes, le temps que les spectateurs mécontents s'en aillent en sifflant, et s'est terminé à huis clos, dans une ambiance redevenue soudain funèbre.

Public ou pas, je me concentrais sur ce qui se passait sur le court, avec cette blessure, en priant que d'une façon ou d'une autre j'arriverais à gagner ce match. Ce qui s'est finalement passé», a commenté Djokovic.

Thiem trop solide pour la folie Kyrgios     

Dominic Thiem (3e mondial) s'est montré trop solide et trop serein pour la folie de Nick Kyrgios (47e), qu'il a battu 4-6, 4-6, 6-3, 6-4, 6-4, vendredi au 3e tour des Internationaux d'Australie dans une ambiance électrique.

«Premier match contre Nick, sur son court préféré et devant un public fantastique, il y a des épreuves plus faciles... C'est un des plus grands défis de notre sport, on ne sait jamais ce qui va arriver. C'est un très grand joueur quand il est en feu comme aujourd'hui», a relevé Thiem.

Dans une John Cain Arena quasiment comble et entièrement acquise à la cause de Kyrgios, le tennis champagne de l'Australien a bien fonctionné aux deux premiers sets. Injouable, il a remporté la deuxième manche sur un ace servi à la cuiller.

Dans la foulée, Kyrgios s'est offert deux balles de bris dans le premier jeu du troisième set.

À ce moment-là, «s'il avait fait le bris, le match était fini", a commenté Thiem en reconnaissant avoir alors «senti l'odeur de la défaite».

«Mais je me suis battu. Et puis je me suis petit à petit habitué à son jeu, à ce court, à l'ambiance. Donc plus le match durait, mieux je me sentais», a ajouté l'Autrichien.

«Depuis les Internationaux des États-Unis, je sais que rien n'est impossible», a souligné le joueur qui était mené deux sets à zéro par Alexander Zverev en finale à Flushing Meadows en septembre, avant de remporter son premier titre du Grand Chelem.

Il a ainsi égalisé à deux sets partout, tandis que la raquette magique de Kyrgios continuait de distiller quelques coups bluffants, mais moins nombreux.

Dans la cinquième manche, Kyrgios était sur un fil, et a fait du Kyrgios.

Ayant crié «sit (descends)» à la balle en plein échange, il a perdu le point pour «gêne».

«Vous êtes sérieux? Vous dites que ça c'est une gêne, quand les cris de certains joueurs n'en sont pas? Les cris de (la joueuse bélarusse Victoria) Azarenka ça va, mais ça non?», lui a lancé le joueur australien.

Dans le septième jeu, la solidité de Thiem a pris le dessus et l'Autrichien a fait le break et pris un avantage définitif, malgré le soutien inconditionnel et bruyant de la foule pour ce dernier match avant un reconfinement de la population de Melbourne pour cinq jours.

«Je préfère toujours jouer devant du public, même s'il n'est pas pour moi, a reconnu Thiem. Et ce soir, évidemment, il était pour son héros. Mais c'est normal. Et je préfère comme ça que sur un court vide, comme ce sera le cas malheureusement la prochaine fois. Ce soir, c'était épique et c'était un super match avant le confinement».

Au prochain tour, Thiem affrontera Grigor Dimitrov (21e), qui a eu un troisième tour facile puisqu'il a bénéficié de l'abandon de Pablo Carreno (16e) en début de deuxième manche.                            

Carreno Busta abandonne, Dimitrov passe facilement en 8es       

Le Bulgare Grigor Dimitrov a décroché facilement sa place pour les huitièmes de finale des Internationaux d'Australie, après l'abandon de son adversaire du troisième tour, Pablo Carreño Busta.

L'Espagnol, 16e mondial, a jeté l'éponge alors qu'il était mené 6-0, 1-0, apparemment gêné par des douleurs aux abdominaux.

Au prochain tour, Dimitrov sera opposé au gagnant de la rencontre entre l'Autrichien Dominic Thiem et l'Australien Nick Kyrgios, programmée en soirée.

Les matches programmés vendredi aux Internationaux d'Australie se sont déroulés en présence du public, malgré l'annonce en milieu de journée des autorités australiennes d'un nouveau confinement à Melbourne pour tenter d'endiguer une possible résurgence de l'épidémie de Covid-19.

Ce confinement d'une durée de 5 jours entrera en vigueur à partir de minuit heure australienne. Le Grand Chelem australien se poursuivra donc à huis clos à partir de samedi et au moins jusqu'à mercredi.

Serena, perturbée, mais passe en 8es       

Serena Williams a eu du mal à démarrer son match vendredi face à la 101e mondiale, Anastasia Potapova, mais s'est tout de même qualifiée, 7-6 (7/5), 6-2, sans briller pour les 8es de finale de l'Open d'Australie.

La jeune Russe de 19 ans a pris plusieurs fois le service de l'Américaine et s'est même procuré deux balles de premier set, mais la cadette des soeurs Williams a su retourner la situation pour s'imposer en 1h39.

«Je suis contente d'être à nouveau en 8es de finale et de m'en être sorti. Je n'ai pas eu un gros départ, je ne suis pas sortie des blocs de départ comme je le voulais. Il m'a fallu survivre dans cette première manche et c'est ce que j'ai réussi à faire», s'est félicité la cadette des soeurs Williams juste après sa victoire.

Pour tenter de rallier les quarts de finale, l'ancienne N.1 mondiale (aujourd'hui 11e), en quête à 39 ans d'un 24e titre record en Grand Chelem, sera opposée à la cogneuse bélarusse Aryna Sabalenka, 7e mondiale.

Les matches programmés vendredi à l'Open d'Australie se sont déroulés en présence du public, malgré l'annonce en milieu de journée des autorités australiennes d'un nouveau confinement à Melbourne pour tenter d'endiguer une possible résurgence de l'épidémie de Covid-19.

«En quarantaine durant toute ma carrière»       

Ce confinement d'une durée de 5 jours entrera en vigueur à partir de minuit heure australienne. Le Grand Chelem australien se poursuivra donc à huis clos à partir de samedi et au moins jusqu'à mercredi.

L'annonce a été faite pendant que Williams disputait son match, mais l'Américaine n'a "rien su du tout" avant de sortir du court "et ce n'était pas plus mal".

«C'est dur, ça va être des jours difficiles pour tout le monde. J'espère que nous sortirons vite de cette situation», a-t-elle déclaré en conférence de presse.

Interrogée sur le huis clos, elle a reconnu que ce «n'est pas l'idéal. C'était chouette de jouer à nouveau devant du public. Mais au bout du compte, on doit faire ce qui est le mieux pour tous. Et j'espère que tout se passera bien», a souligné Serena Williams.

Quant à la bulle sanitaire qui va être mise en place autour des joueurs, cela ne semble pas la perturber. «J'imagine qu'on ne sera autorisé à aller que de l'hôtel au site du tournoi. [...] Mais globalement c'est déjà un peu ce que je fais depuis 20 ans. J'ai l'impression que d'une certaine manière, j'ai un peu été en quarantaine durant toute ma carrière», a-t-elle ironisé.

Osaka continue sur sa lancée       

La Japonaise Naomi Osaka, 3e mondiale, a décroché vendredi sa place pour les 8es de finale, en battant la Tunisienne Ons Jabeur (30e), 6-3, 6-2.

Jabeur avait été une des révélations de l'an dernier à Melbourne, devenant la première joueuse du monde arabe à atteindre les quarts de finale d'un Grand Chelem. Cette fois, son parcours s'arrête au 3e tour. 

Osaka poursuit elle son chemin. Au prochain tour, elle affrontera l'Espagnole Garbiñe Muguruza (14e), ancienne N.1 mondiale finaliste de l'an passé en Australie, en pleine forme depuis quelques mois.

Simona Halep qualifiée sans perdre de forces       

La N.2 mondiale Simona Halep a facilement éliminé vendredi la Russe Veronika Kudermetova (36e) 6-1, 6-3, et s'est ainsi qualifiée pour les 8es de finale sans perdre de forces après un deuxième tour compliqué.

La Roumaine avait livré un bras de fer de 2h30 mercredi contre Ajla Tomljanovic qui était passée à deux points du match. Mais contre Kudermetova, elle s'est montrée nettement au-dessus.

Demi-finaliste à Melbourne l'an passé et finaliste en 2018, Halep tentera d'atteindre les quarts de finale dimanche face à la Polonaise Iga Swiatek (17e), lauréate du dernier Roland-Garros, ou à la Français Fiona Ferro (46e).