Crédit : AFP

MLS

MLS: une convention qui ne fait pas l'unanimité

Publié | Mis à jour

La Major League Soccer (MLS) et l’Association des joueurs ont ratifié une nouvelle convention collective, lundi, et celle-ci ne fait pas l’affaire de tous, mais il semble que c’était la meilleure entente possible dans les circonstances.

Il s’agissait en fait d’une troisième négociation pour le circuit et les joueurs, qui s’étaient entendus sur une nouvelle convention avant le début de la saison 2020 et qui avaient ensuite renégocié avant la reprise des activités lors du tournoi d’Orlando, l’été dernier.

La nouvelle entente signée lundi prolonge l’ancien contrat de deux ans, mais les joueurs seront payés à 100 % en 2021, eux qui avaient subi une légère baisse de salaire en 2020.

«Nous allons enfin pouvoir recommencer à taper dans des ballons», a réagi Amar Sejdic, l’un des deux représentants des joueurs du CF Montréal.

Plus de revenus

Là où le bât blesse pour les joueurs, c’est sur la prolongation de l’entente. Ils auraient préféré que la convention se termine en 2026, année où sera présentée la Coupe du monde aux États-Unis, au Mexique et au Canada.

«Il va y avoir plus de revenus et d’intérêt pour le soccer américain dans les années précédentes et les suivantes», a expliqué Evan Bush, du Crew de Columbus, qui a été représentant des joueurs de l’Impact de 2014 à 2020.

«Ça nous aurait donné des leviers pour obtenir ce que nous voulions avec la présentation de la Coupe du monde en 2026.

«La ligue n’aurait pas voulu d’une menace de grève juste avant le tournoi. Maintenant, on va négocier après alors on va négocier sur les vrais chiffres plutôt que sur le potentiel des estimations.»

Pas vraiment satisfaits

«Je crois que personne ne sort réellement satisfait de cette entente, que ce soit nous ou la ligue», avance Bush.

«Il y a douze mois, il y avait une certaine forme de paix entre les joueurs et les propriétaires. Mais à cause de tout ça, il y a plus de tension et de frustration.»

Selon le gardien de but qui a intégré le comité de négociation du Crew après y avoir été échangé l’automne dernier par les Whitecaps de Vancouver, les joueurs en avaient un peu assez.

«Je pense qu’il y a beaucoup de fatigue chez les joueurs liée au fait que c’était une troisième négociation.

«Je crois que la plupart des joueurs voulaient simplement régler le tout même si nous n’en sommes pas venus à l’entente qu’on aurait probablement souhaitée.»

Gain

Au moins, les joueurs ont fait un gain important sur le plan de l’autonomie.

«Je suis heureux que l’autonomie soit maintenant accessible aux joueurs de 24 ans qui ont au moins quatre années d’expérience», a soutenu Sejdic.

«Ça va permettre aux joueurs de mieux négocier leurs contrats et d’obtenir ce qu’ils méritent à un plus jeune âge.»

Dans les circonstances, c’est un petit gain qui pourrait devenir important pour les joueurs qui sont conscients que la ligue a essuyé des pertes importantes, soit près d’un milliard de dollars US en 2020 et probablement une somme similaire en 2021.