Canadiens de Montréal

Pour en finir avec les coups à la tête

Pour en finir avec les coups à la tête

Stéphane Auger

Publié 07 février
Mis à jour 07 février

Les médias sociaux se sont enflammés cette semaine après les coups à la tête des attaquants des Canadiens de Montréal Jesperi Kotkaniemi et Jake Evans. Claude Julien s’est même permis de lancer un message à la LNH sur sa façon de gérer ces gestes.

Personne ne veut voir un joueur recevoir un coup à la tête, encore moins qu'il se blesse. Il y a cependant une différence entre ce que l’on désire et ce que le règlement permet.

À mon avis, Dillon Dube, des Flames de Calgary, et Erik Gudbranson, des Sénateurs d'Ottawa, auraient dû être punis pour leur geste. Chaque infraction physique ou commise avec le bâton prévoit une pénalité différente selon la gravité de l’infraction. Pour les coups à la tête, les arbitres peuvent décerner une pénalité mineure (2 minutes) ou une punition de match (5 minutes au tableau et expulsion du joueur). La pénalité majeure n’existe pas. Pour décerner une pénalité de match, il faut que le geste soit une tentative de blesser ou de vouloir blesser délibérément.

Je l’ai mentionné en ondes la semaine dernière, le geste de Dube méritait une pénalité mineure pour rudesse ou pour coup à la tête. Mais en aucun temps il a tenté de blesser le numéro 15 des Canadiens.

La mise en échec de Gudbranson sur Evans méritait aussi une pénalité mineure. Le joueur des Sénateurs se propulse légèrement vers le haut et atteint Evans à la tête. Encore une fois, l’infraction mérite une pénalité mineure et non une punition de match. Contrairement au coup de Dube, le coup de Gudbranson est souvent difficile à voir pour un arbitre. C’est souvent à la reprise que l’on peut voir l’impact à la tête. Le double-échec de Ben Chiarot à la tête de Tim Stützle n’est pas moins grave, mais je suis d’avis que la punition mineure était la bonne décision.

Nous le savons, ça ne prend pas un grand coup pour causer des dommages à la tête. Une commotion est vite arrivée. Une solution pour réduire ces gestes est de continuer de suspendre les coups graves et de mettre automatiquement à l’amende tous ceux qui y vont d'un coup à la tête. Le nom du coupable serait ajouté à une liste et après deux ou trois infractions, il serait suspendu automatiquement pour un match. Le nombre de matchs pourrait augmenter par la suite. Cette semaine, les noms de Dube, Gudbranson et Chiarot auraient été ajoutés à cette liste.

La ligne est mince entre une mise en échec légale et illégale. Peut-être que cette piste de solution permettrait de réduire davantage les coups à la tête dans la Ligue nationale de hockey.