Crédit : Sébastien St-Jean / Agence QMI

Canadiens de Montréal

Aucun regret pour Bergevin

Publié | Mis à jour

Le 29 juin 2016. P.K. Subban, gagnant du trophée Norris en 2013 et joueur immensément populaire auprès des partisans du Canadien de Montréal, part pour Nashville. Shea Weber, le capitaine des Predators, prend le chemin inverse.

Il y a des transactions qui définissent la carrière d’un directeur général. Pour Marc Bergevin, l’échange de Subban restera toujours un moment crucial de sa carrière. 

La transaction pouvait le faire passer pour un génie, mais elle pouvait aussi sonner la fin de son règne à Montréal.

«Je veux laisser deux héritages après mon passage comme DG à Montréal, a dit Bergevin en entrevue au "Journal de Montréal" mardi, une heure avant le 1000e match de Weber dans la Ligue nationale. J’ai accompli un premier héritage en étant le DG qui a fait l’acquisition de Shea Weber. Le deuxième héritage serait de gagner la coupe Stanley. J’ai coché un des deux héritages. Je travaille fort maintenant sur le deuxième.»

Il y aura encore une longue route avant l’atteinte du deuxième héritage. Mais rarement le CH n’a ressemblé autant à une équipe aspirante aux grands honneurs. Avant les matchs de mercredi soir, le Tricolore (7-1-2) trônait au sommet de la LNH, tout comme Tyler Toffoli avec ses neuf buts.

Aux quatre coins de la LNH, on fait l’éloge de Bergevin en raison de l’acquisition de Toffoli, Josh Anderson, Joel Edmundson, Jake Allen et Corey Perry, qui ont contribué au remodelage de son équipe.

Pas de doute 

Après des saisons sombres où certains amateurs réclamaient son départ, l’ancien défenseur peut maintenant mieux respirer et redevenir plus décontracté. On l’a d’ailleurs constaté dimanche à l’émission «Tout le monde en parle».

Près de cinq ans après cet échange audacieux, il a le beau rôle. Pour lui, le changement de culture de l’équipe commençait avec l’arrivée de l’homme montagne dans son vestiaire. Aujourd’hui, Weber porte le « C » de capitaine avec le CH. Il vient tout juste de jouer son 1000e match dans la LNH. Subban joue maintenant pour les Devils du New Jersey. Après trois saisons à Music City, il a été échangé aux Devils le 22 juin 2019. 

Subban joue maintenant pour les Devils du New Jersey. Après trois saisons à Music City, il a été échangé aux Devils le 22 juin 2019.

«Je savais que j’échangeais une image très forte de l’équipe en Subban. J’en étais très conscient. Dans mon analyse et dans mon for intérieur, je savais que je faisais la meilleure chose pour l’organisation. Je ne l’ai jamais regretté, que ce soit une heure plus tard, une journée plus tard ou une semaine plus tard.»

«Quand j’ai parlé à Geoff (Molson) pour lui annoncer, j’avais confiance à 100 %. Je n’ai pas parlé à un mentor pour obtenir des conseils avant de bouger. Je suis un gars sensible, mais je suis confiant. Quand je ressens que c’est le bon choix, je n’hésite pas à le faire. Je suis assis dans le siège du DG et je n’ai pas peur de prendre des décisions. On dit souvent que la meilleure décision est parfois celle qui n’est pas la plus populaire. C’était probablement le cas avec la transaction Weber/Subban.»

Retour dans le passé 

Bergevin a replongé dans ses souvenirs pour revenir sur les jours qui ont mené au départ du numéro 76. C’était en plein cœur du repêchage de la LNH à Buffalo. Il y avait des rumeurs de transaction avec les Oilers d’Edmonton et les Canucks de Vancouver, mais pour le DG du Tricolore, il y avait une seule option.

«P.K. n’est pas vraiment passé proche de partir pour Edmonton ou Vancouver. Il y avait une autre équipe qui tâtait le terrain, mais j’avais le sentiment que ça n’aboutirait pas, a expliqué Bergevin. Quand j’ai parlé à Nashville et que le nom de Shea est venu sur la table, je me suis concentré uniquement sur les Predators.

«Je me souviens très bien du premier appel de David Poile. Nous restions à Toronto durant la semaine du repêchage à Buffalo, il n’y avait pas assez d’hôtels à Buffalo pour recevoir tout le monde. C’était le jeudi, la veille du premier tour, quand j’ai parlé à David. J’étais dans ma voiture entre Toronto et Buffalo.»

Ce n’était pas la première fois que Bergevin évoquait le nom de Weber avec Poile.

«J’avais déjà eu une conversation dans le passé avec David pour Shea. C’était probablement deux ans avant la transaction de Subban. Le nom de P.K. n’était pas sur la table. Mais je lui avais dit que si jamais il songeait à échanger Weber, je souhaiterais être mis au courant. Poile m’avait rapidement dit que ce n’était pas pour arriver. Je n’avais même pas eu le temps de sortir des noms. Ç’a été une courte conversation. Je lui avais parlé avant un match au Centre Bell. David m’avait rappelé que Shea était son capitaine et qu’il le garderait.»

Pas de joker 

Dans les nombreuses analyses de cette transaction, on a souvent décrit Jarmo Kekalainen, le DG des Blue Jackets de Columbus, comme un acteur important. Mais c’est faux de croire qu’il a modifié les données en repêchant Pierre-Luc Dubois avec le troisième choix à la place de Jesse Puljujarvi, qu’on décrivait comme la sélection logique.

«Honnêtement, à la veille du repêchage, je savais que les Blue Jackets regardaient pour Pierre-Luc Dubois avec leur troisième choix. À l’époque, Edmonton avait choisi de débarquer des négociations pour Subban et les Oilers gardaient le quatrième choix, peu importe le déroulement du premier tour. Même si Dubois était encore là pour le quatrième choix à Edmonton ou le cinquième choix à Vancouver, c’était réglé, on ne bougeait pas. J’avais l’offre des Predators en tête.»