LNH

Bientôt terminé pour Tony DeAngelo à New York?

Publié | Mis à jour

Les Rangers de New York ont placé le nom du défenseur Tony DeAngelo au ballottage, dimanche, au lendemain d’une altercation qu’a eue le joueur avec l’un de ses coéquipiers.

Selon ce qu’a appris le site sportif The Athletic, l’arrière de 25 ans et le gardien Alexandar Georgiev se seraient enguirlandés et bousculés dans le corridor menant au vestiaire des Blueshirts. L’altercation serait survenue quelques instants après un revers de 5 à 4 en prolongation face aux Penguins de Pittsburgh. 

DeAngelo était sur la patinoire quand Sidney Crosby a mis fin à la rencontre en temps supplémentaire.

Dimanche, l’entraîneur-chef des Rangers, David Quinn, n’a pas confirmé ou nié l’existence de l’incident entre son défenseur et son gardien.

«Comme vous le savez, il y a toujours des rumeurs. Je ne commenterai pas ces spéculations. Cela n’est pas à propos d’une seule chose. Selon notre organisation, c’est la meilleure chose à faire présentement et nous verrons comment la situation évolue», a indiqué le pilote pendant son point de presse du jour.

Bientôt terminé à New York? 

Même si Quinn prône la patience, il semblerait que ce soit la fin pour DeAngelo avec les Rangers.

Le patineur est tombé dans les mauvaises grâces de son l’entraîneur-chef depuis le début de la saison 2020-2021.

Quinn l’a notamment laissé de côté pour deux matchs, et ce, en raison d’un manque de maturité, selon ses propres mots.

Le hockeyeur américain avait pourtant éclos l’année dernière, lui qui avait récolté 15 buts et 53 points en 68 parties.

DeAngelo a toutefois obtenu seulement une mention d’aide en six parties depuis le début de la présente campagne, tout en montrant un différentiel de -6.

Le défenseur s’est également fait remarquer pour de mauvaises raisons, récemment. Il avait critiqué Twitter après que la compagnie eut fermé le compte de l’ancien président américain Donald Trump. Il avait lui-même fermé son compte, puis il a signifié son intérêt pour le réseau social Parler, réputé pour accepter les commentaires d’extrême droite.

Les autres équipes de la Ligue nationale ont jusqu’à midi, lundi, pour réclamer DeAngelo.