LNH

Surprise de taille chez les Penguins

Publié | Mis à jour

Coup de théâtre à Pittsburgh : le directeur général des Penguins, Jim Rutherford, a remis sa démission, mercredi, invoquant des raisons personnelles.

«Je sais que c’est un peu inhabituel de voir ceci arriver pendant une campagne, mais je sentais que le moment était bon pour partir», a commenté Rutherford. 

Voyez Louis Jean commenter cette nouvelle dans la vidéo ci-dessus.

«Évidemment, il y a ce groupe de joueurs très spécial mené par Sidney Crosby, a poursuivi le directeur général, dont le règne avec les Penguins a d’abord été marquée par deux conquêtes consécutives de la Coupe Stanley, en 2016 et 2017. Les partisans ont été formidables à mon égard et vis-à-vis ma famille.»

L’homme de 71 ans sera remplacé sur une base intérimaire par son adjoint, le Suédois Patrik Allvin. L’organisation des Penguins précise qu’elle amorce sans tarder ses recherches pour identifier un successeur. Allvin est d’ailleurs considéré pour obtenir l’emploi de manière permanente.

«Ce fut un immense privilège d’œuvrer à titre de DG des Penguins, a également noté Rutherford. J’ai tellement de gens à remercier, à commencer par les propriétaires Mario Lemieux et Ron Burkle, ainsi que le président David Morehouse. Il y a toujours eu du soutien indéfectible de la part de chaque personne ici, que ce soit dans le secteur hockey ou celui des affaires.»

«Jim a pris une décision pour des raisons personnelles, a pour sa part réagi Morehouse, cité sur le site web de la LNH. Je pense que ça dit ce que l’on a besoin de savoir. C’est personnel. Est-ce un choc? Je ne suis pas certain que "choc" est le bon mot. Je pense qu’il a accompli beaucoup ici.»

La gestion des gardiens 

Rutherford était aux commandes de l’équipe depuis la saison 2014-2015, ayant précédemment travaillé comme directeur général au sein de la concession des Hurricanes de la Caroline pendant 20 ans. Si les premières années de Rutherford à Pittsburgh lui ont souri, le passé plus récent a été davantage houleux. Au-delà de l’élimination des Penguins face au Canadien de Montréal, lors de la ronde de qualification des dernières séries, le directeur général n’a pas très bien paru dans la gestion des gardiens de l’équipe.

Lors du repêchage d’expansion des Golden Knights de Vegas, en 2017, Rutherford avait préféré garder Matt Murray plutôt que le Québécois Marc-André Fleury. Or, ce même Murray a été échangé aux Sénateurs d’Ottawa, en octobre dernier, en retour de l’espoir Jonathan Gruden et d’un choix de deuxième ronde au repêchage. Les Penguins décidaient ainsi de faire confiance à Tristan Jarry, qui connaît un début de saison relativement difficile.

Quelques dossiers à venir 

Le séjour de Rutherford à Pittsburgh a aussi été marqué par la transaction ayant fait passer l’attaquant Phil Kessel aux Coyotes de l’Arizona, en juin 2019. L’entraîneur-chef Mike Sullivan et l’attaquant russe Evgeni Malkin avaient alors souhaité le départ de Kessel, qui a été envoyé dans le désert en retour de Pierre-Olivier Joseph et de l’énigmatique Alex Galchenyuk.

Dans les prochains dossiers à régler chez les Penguins, il est à noter que Malkin et le défenseur québécois Kristopher Letang pourraient tous deux être joueurs autonomes sans compensation au terme de la saison 2021-2022. Il s’agira d’un bon défi pour le successeur de Rutherford qui, pour sa part, a déjà sa place au Temple de la renommée du hockey depuis 2019.