Crédit : AFP

Ski et planche

Beat Feuz tout feu tout flamme

Publié | Mis à jour

Le Suisse Beat Feuz a confirmé qu'il était le maître de la Streif en s'imposant dans la descente de Kitzbühel deux jours après sa première victoire dans la classique des classiques en Autriche.

Le triple tenant du titre du globe de descente devance le Français Johan Clarey de 17/100 et l'Autrichien Matthias Mayer, deuxième vendredi, de 38/100.

Aucun skieur n'avait signé de doublé la même année dans la station du Tyrol depuis Luc Alphand en 1995. Une performance rendue possible cette année par l'annulation de l'autre classique à Wengen (Suisse), à cause de cas de Covid-19 dans la station, qui a permis à Kitzbühel de récupérer une descente.

Feuz, libéré par sa consécration vendredi après quatre deuxièmes places sur cette piste mythique, signe un tour de force que même le roi de la Streif, Didier Cuche (5 victoires) n'avait pas réalisé: en 1998, il avait échoué à la deuxième place après un succès la veille.

Pour couronner ces deux victoires, le Bernois prend les commandes du classement général en descente à Matthias Mayer.

Crédit photo : AFP

Initialement prévue samedi, la deuxième descente, toujours privée de ses habituels 90.000 spectateurs en raison du Covid-19, a été repoussée à dimanche en raison d'une fine couche de neige sur la piste et du brouillard, qui refait une apparition sur le haut de la descente après le passage des premiers dossards.

Johan Clarey, quatrième vendredi, signe sa meilleure place à Kitzbühel, après son podium en 2017, grâce à son efficacité dans la partie de glisse à mi-descente.

Faute de premier succès sur le circuit, le doyen des descendeurs français inscrit tout de même son nom dans l'histoire de son sport en devenant le premier skieur de plus de quarante ans sur un podium de Coupe du monde.