Club de foot Montréal

Kiki. Oui, oui, Kiki!

Publié | Mis à jour

Rien pour calmer l’ire de certains partisans. Ce n’était pas la transaction apologétique. Mais le club a bougé lundi. Maxi Urruti retourne au Texas. Arrive Kiki Struna. Un défenseur central slovène de 30 ans, et de 6 pieds 2 pouces!

Maximiliano coûtait cher. Au-delà du million. En retour, quelques buts, mais pas le QI soccer - mille excuses - le QI foot dont Thierry Henry a besoin.   

Il était divertissant Maxi. 29 ans going on 25! J’ai une pensée ici pour Catherine et Félix aux médias sociaux, à qui il offrait toujours du contenu loufoque. Mais avec une formation montréalaise aussi jeune que celle qui foulera le terrain en 2021, il fallait y insérer quelques grands frères. 

Struna jouera probablement ce rôle. S’il gagnera sensiblement le même salaire qu’Urruti, on peut présumer que son expérience (internationale) aura une plus grande valeur. Espérons aussi qu’il soit comme Wanyama. Le genre qui arrive premier à l’entraînement et qui quitte dernier. Le genre qui montre l’exemple.

L’attaque n’a pas été - trop - le problème de l’Imp... du CF Montréal en 2020: 33 buts marqués, 7e dans l’Est à ce chapitre, contre 43 buts encaissés, bon pour le dernier rang.

Olivier Renard y voit. Avec ses moyens. Défensivement, on se retrouve maintenant avec Binks, Camacho (l’autre gros salaire), Kizza, Kiki, Bassong, Miller, Waterman. Notamment. Vous aimez? En tout cas, l’empreinte Renard est beaucoup plus identifiable. 

«ZE REBRAND»  

Lundi, sur Twitter, j’ai proposé un sondage absolument pas scientifique en lien avec le nouveau nom/logo et 1295 gazouilleux se sont prononcés:  

  • 48% Je n’aime pas et/ou ne comprends pas  
  • 29% J’y adhère (lentement)  
  • 12% Je suis en furie  
  • 11% J’aime un des deux    

Ajoutez à cela plusieurs messages nuancés.

Perso, j’aime de plus en plus le nom. CF Montréal j’entends. Le logo, s’il me plaisait au départ, a depuis réveillé en moi une bipolarité que j’ignorais. Des jours oui, des jours non. Mais bon, ce n’est que mon humble avis. Et il est changeant... alors. 

Ce que je comprends toutefois, de toutes ces confidences ce que j’ai lues et reçues, c’est que l’organisation avait une chance en or d’impliquer ses partisans de toujours. Ses partisans qui, s’ils avaient contribué à ce rebranding, auraient été des ambassadeurs tellement fiers. Occasion manquée. Mais une chose est certaine: s’il y a autant de colère, c’est qu’il y a beaucoup d’amour.