Crédit : CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

Boxe

Des travaux communautaires pour l'entraîneur Jimmy Boisvert

Publié | Mis à jour

L'entraîneur de boxe Jimmy Boisvert, connu pour avoir entraîné le boxeur olympien Simon Kean, a écopé d'une probation et de travaux communautaires pour avoir agressé sexuellement une femme.

L'homme d'affaires connu à Trois-Rivières devra faire un don de 5000 $, dont 2500 $ iront à une maison qui vient en aide aux femmes violentées.

«Le déni dont le comportement de l'accusé fait preuve lors de la commission de l'agression et dans les heures qui suivent amène le Tribunal à la conclusion qu'une condamnation est nécessaire pour atteindre les objectifs de dissuasion individuelle afin que l'accusé ne récidive pas», a mentionné le juge Jacques Trudel, au prononcé de la sentence.

Le soir de l’agression, le 19 novembre 2017, la plaignante dont l’identité est protégée par une ordonnance de non-publication s’est retrouvée avec des amis au bar La P’tite grenouille de Trois-Rivières, après un gala de boxe.

Lors du procès, la victime a témoigné que Boisvert s’était d’abord approché d’elle pour souligner son enthousiasme à encourager les boxeurs.

«Il m’a demandé si j’étais bruyante comme ça au lit», a déclaré la dame. Celle-ci a fini par répondre qu’elle était expressive dans toutes les sphères de sa vie.

Plus tard, l’entraîneur a invité la boxeuse à aller voir son premier gym de boxe dans le sous-sol du bar, dont il était propriétaire. À leur arrivée au sous-sol, l’endroit était désert. Il n’y avait plus de gym de boxe.

Jimmy Boisvert a alors essayé d’embrasser sa victime, qui a refusé en lui tournant la tête. L’homme d’affaires a ensuite mis sa main dans la culotte de la victime pour accéder à ses organes génitaux. Il lui a ensuite saisi la main de la victime pour la forcer à mettre sa main sur son sexe. Elle lui a dit qu’elle avait des menstruations pour qu’il la laisse tranquille.

«J’aurais dû lui mettre mon poing sur la gueule», a-t-elle dit lors du procès.