Crédit : Photo d'archives, AFP

LNH

Matt Murray est prêt pour son nouveau départ

Publié | Mis à jour

Le gardien Matt Murray écrit un nouveau chapitre de sa carrière et il souhaite ardemment commencer de digne façon son histoire avec les Sénateurs d’Ottawa, vendredi, contre les Maple Leafs de Toronto.

Acquis des Penguins de Pittsburgh en octobre, l’athlète de 26 ans tentera d’aider les siens, largement négligés dans la section Nord par les experts en ce début de campagne. La plupart d’entre eux voient la troupe de l’entraîneur-chef D.J. Smith terminer dans la cave, mais tout se joue sur la glace et non sur papier. Peu importe ce qui se dit dans les médias, Murray et ses coéquipiers voudront faire taire leurs dénigreurs et obtenir de nombreuses victoires.

«C’est une étrange campagne cette année, mais mon travail est de m’assurer d’être prêt quand on m’appellera, a-t-il déclaré au quotidien "Ottawa Sun", mercredi. Je ne prends pas la décision à savoir qui joue. C’est au personnel d’instructeurs de le faire. Je contrôle seulement ce que je peux et j’essaie de me préparer, peu importe le moment où on aura besoin de moi.»

D’ailleurs, les missions risquent de se succéder pour le gardien numéro 1 de l’équipe en raison du calendrier de 56 matchs pour le moins condensé. Chez les Sénateurs, le tout s’entamera avec deux duels en autant de jours à domicile face aux Maple Leafs de Toronto. Reste à voir si Murray aura droit à toute la charge de travail ou si l'auxiliaire Marcus Hogberg jouera une rencontre.

«J’ai déjà disputé deux parties en autant de soirs. Cette année, avec un peu moins de voyages, ça pourrait aider sur ce point, car la plupart des fois où il y aura de telles séquences, ce sera dans la même ville. Quelques exceptions sont prévues, mais je ne dois pas me préoccuper de cela. Il faut simplement être prêt au moment voulu et laisser les entraîneurs décider», a-t-il insisté.

Dans de bonnes dispositions

Celui ayant participé à 38 matchs l’an passé en a accumulé une cinquantaine environ annuellement lors des trois saisons précédentes. Selon les performances du club et son degré d’énergie, il pourrait en totaliser de 35 à 40. Pour l’instant, il se concentre sur son jeu et croit être suffisamment en bonne condition pour affronter les Leafs, même s’il n’y a pas eu de rencontres hors-concours dans le circuit Bettman.

«Je me sens bien, peu importe, a-t-il dit. Nous avons joué pas mal de matchs simulés ici. Avant notre camp, on s’entraînait ainsi en quelque sorte, en essayant de retrouver nos sensations habituelles. C’est difficile à faire, mais l’année est bizarre et ça restera tel quel.»