Crédit : AFP

LNH

Une réalité très différente pour Sidney Crosby

Publié | Mis à jour

Le capitaine des Penguins de Pittsburgh, Sidney Crosby, amorcera mercredi sa 16e saison en carrière dans la Ligue nationale de hockey (LNH), mais celle-ci ne ressemblera en rien aux précédentes.

Le numéro 87 doit s’habituer, à l’image de ses coéquipiers et de ses entraîneurs, à une réalité différente. Coronavirus oblige, les interactions ne sont plus les mêmes et le calendrier régulier sera plus court et surtout, condensé. Néanmoins, l’attaquant a bien hâte de reprendre l’action et de faire oublier la décevante élimination des siens en ronde de qualification 2020.

«Ce sentiment d’excitation reste et ne vieillit jamais. Vous êtes enthousiaste à l’idée de recommencer. Chaque joueur a mis le paquet durant la saison morte afin d’être prêt. Sachant qu’il s’agit d’une campagne écourtée et qu’il faut capitaliser sur chaque match, je pense que c’est plus sérieux que d’habitude. Nous avons moins de temps pour retrouver la bonne voie. Beaucoup doit être fait sur la glace et à l’extérieur pour se concentrer et être préparé pour le jour 1», a-t-il mentionné aux médias, par le biais de propos diffusés par le journal néo-écossais «The Chronicle Herald».

Reste que cette préparation a été plus compliquée cette année en raison de la non-présentation de parties hors-concours et des contraintes reliées aux rassemblements. Tous devront s’ajuster rapidement.

«On doit en tirer le meilleur. C’est plus difficile, vous essayez toutefois de profiter de votre temps sur la patinoire pour que tous soient à l’aise et se connaissent davantage. C’est le plus gros aspect. Plus de temps vous passez ensemble, plus vous pouvez parler de ces sujets. Je pense que cela aide, mais tout est condensé et il y a beaucoup de trucs à couvrir. Mais d’abord et avant tout, les gars doivent se sentir bien à propos de tout leur jeu», a précisé Crosby.

Des rivalités explosives

Avec la tenue de rencontres uniquement à l’intérieur des sections formées par la LNH, les Penguins croiseront souvent sur leur chemin des rivaux pour le moins connus, à commencer par les Flyers de Philadelphie, qu’ils verront dès mercredi, puis vendredi. Crosby ne se cache pas pour dire que des séquences de parties contre un même adversaire le réjouissent.

«J’aime cela. Certes, le tout est arrivé à cause de la situation et il en a déjà été question, sans que ça se concrétise. Par contre, le fait de ne pas à voyager et de demeurer à un endroit pour y affronter un club quelques fois devrait attiser la rivalité. Je crois que le produit offert sera meilleur dans un tel cas.»

«Nous rencontrerons les mêmes formations plusieurs fois, donc ce sera semblable aux séries quand nous devons effectuer de nombreux ajustements rapidement, a-t-il poursuivi. Je pense que ce sera le défi de l’année. Il faudra réagir vite et nous en sommes conscients. C’est pour cela nous avons porté une grande attention à cela au camp.»