Crédit : AFP

Football

Alabama savoure son 18e sacre

Publié | Mis à jour

Propulsé par le receveur de passes DeVonta Smith, le Crimson Tide d’Alabama a conclu sa saison parfaite avec une convaincante victoire de 52 à 24 sur les Buckeyes d’Ohio State lors de la finale du championnat américain de football universitaire, lundi soir, au Hard Rock Stadium.

Le plus récent récipiendaire du Trophée Heisman a attrapé 12 relais pour des gains de 215 verges. Il a également inscrit trois des sept touchés de sa formation. L’athlète de 22 ans a réalisé cette impressionnante performance lors de la première demie uniquement, puisque Smith s’est blessé à la main droite dans les premiers moments du troisième quart.  

Dans la victoire, le quart-arrière Mac Jones a complété 80% de ses passes pour 464 verges et cinq majeurs. Le porteur de ballon Najee Harris a aussi contribué au pointage. Il a atteint la zone payante deux fois sur des courses et une fois via les airs.

Jamais en retard au pointage, le Crimson Tide a pris son envol au deuxième quart, y amassant quatre réussites. L’attaque des vainqueurs a été dévastatrice, elle qui a amassé un total de 621 verges. À titre comparatif, les Buckeyes ont franchi 341 verges dans ce duel.

Chez les perdants, le porteur de ballon Master Teague III a franchi la ligne des buts à deux reprises.

Alabama a donc conclu sa campagne avec un dossier immaculé de 13 victoires. Par ailleurs, le receveur de passes John Metchie III est devenu le premier canadien à remporter le championnat universitaire américain depuis 2003. Celui qui a vécu une partie de son enfance en banlieue de Toronto a capté huit passes pour 81 verges lors du match ultime de la NCAA.

C’est également le sixième sacre de Nick Saban à titre d’entraîneur-chef et le 18e de l’histoire du Crimson Tide.

Du côté d’Ohio State, il s’agissait d’un premier revers cette saison. Les Buckeyes avaient remporté sept duels avant de se mesurer à l’équipe classée au premier rang du circuit universitaire américain. Les 52 points qu’ils ont accordés à leurs adversaires représentent un sommet lors d’un match éliminatoire pour le club qui existe depuis 1890.