Crédit : AFP

Soccer

L'Inter et la Roma se neutralisent, Milan et la Juve en profitent

Publié | Mis à jour

Le nul dimanche entre la Roma et l'Inter Milan (2-2) a fait les affaires de l'AC Milan, leader avec désormais trois points d'avance sur les Nerazzurri, mais aussi de la Juventus, revenue à un point du podium en battant Sassuolo (3-1) en soirée. 

Mauvaise semaine pour l'Inter: après la défaite surprise contre la Sampdoria (2-1) mercredi, le nul concédé en fin de match au stadio Olimpico pour la 17e journée a brisé l'élan de la fin 2020 et met les Nerazzurri sous pression avant de recevoir la semaine prochaine une Juve relancée.

Menée à la pause, l'Inter pensait pourtant avoir fait le plus difficile après avoir égalisé puis pris l'avantage grâce à Milan Skriniar sur corner (56e) et Achraf Hakimi d'une merveille de frappe sous la barre (63e).

Mais leur fin de match « petit bras » a été sanctionné par une égalisation méritée signée Gianluca Mancini (86e). 

« Sur la fin du match, parfois intervient une certaine peur face à un résultat important qui t'incite à jouer plus bas. Du banc, nous avons continué à demander de maintenir la pression », a commenté Antonio Conte.

La Juve souffre

La Roma préserve sa troisième place à six points de Zlatan Ibrahimovic et ses coéquipiers, qui sont les grands gagnants de ce nul entre deux poursuivants immédiats après leur succès samedi sur le Torino (2-0). 

L'AS Rome a confirmé face à l'Inter la solidité de son équipe, compacte en première période et chirurgicale en contre pour ouvrir la marque sur sa première occasion, par Lorenzo Pellegrini (17e).

Mais elle reste handicapée par quelques trous d'air réguliers contre les grosses cylindrées, comme cette fois en début de seconde période, comme l'a regretté son entraîneur Paulo Fonseca. 

Les Giallorossi attendent toujours une victoire probante contre un adversaire direct pour confirmer leurs ambitions de retrouver la Ligue des champions la saison prochaine. Ils auront une nouvelle occasion dès vendredi avec le derby contre la Lazio, qui s'est logiquement imposée de son côté à Parme (2-0). 

La Roma voit fondre sur elle la Juventus, qui a enchaîné avec une troisième victoire en trois matches en 2021. Mais que les Bianconeri ont souffert face à une belle équipe de Sassuolo qui, réduite à dix, a longtemps cru pouvoir rapporter un point de Turin avant de céder dans les dix dernières minutes.

Naples rebondit

En infériorité numérique pendant toute la seconde période après l'exclusion du milieu Pedro Obiang (45+2e) pour un tacle très appuyé sur la cheville gauche de Federico Chiesa, les Neroverdi se sont offert le luxe de revenir au score par Grégoire Delfrel (58e), juste après l'ouverture du score turinoise de Danilo (51e). 

Mais ils ont dû rendre les armes sur une reprise d'Aaron Ramsey (82e) puis dans le temps additionnel sur une ultime accélération de Cristiano Ronaldo (90+2e), son 15e but cette saison en Serie A.

« On a mal géré notre avantage mais l'important était de gagner, même de façon un peu désordonnée », a commenté l'entraîneur turinois Andrea Pirlo. 

Une soirée de souffrance pour la Juve qui a perdu sur blessure deux hommes en forme, Weston McKennie (remplacé à la 19e) et Paulo Dybala (sorti à la 43e après un choc au genou gauche). Mais elle peut se réjouir d'avoir retrouvé Alvaro Morata, remis de sa blessure à une cuisse.

Naples (5e), qui compte comme la Juve (4e) et l'Atalanta Bergame (6e) un match en moins, reste aussi au contact. Après son faux pas à domicile contre La Spezia (1-2), le Napoli s'est relancé sur le terrain de l'Udinese (2-1). Une victoire arrachée à la 90e minute grâce au premier but de la saison de Tiémoué Bakayoko. 

« On est une équipe vivante. On a souffert, mais on a réussi à récupérer ce qu'on avait perdu il y a quelques jours », s'est réjoui l'entraîneur napolitain Gennaro Gattuso.