Canadiens de Montréal

Corey Perry est clair sur ses intentions

Publié | Mis à jour

Rarement la compétition à l’interne aura été aussi importante chez le Canadien dans les dernières années. Or, si le vétéran Corey Perry voit la profondeur de l’équipe d’un bon œil, il compte se battre pour être en uniforme match après match. 

«Comme athlète, tu veux jouer à chaque rencontre et tu dois faire tes preuves à chaque jour, a-t-il convenu, jeudi, lors d’un point de presse avec les journalistes montréalais. Il faut s’améliorer au quotidien. Il y a beaucoup de bons joueurs sur cette équipe et les postes sont limités, mais c’est une bonne chose.»   

Embauché le 28 décembre pour la modique somme de 750 000$, soit le salaire minimum, Perry a surtout été employé avec Michael Frolik et Ryan Poehling depuis le début du camp d’entraînement. Une bataille est annoncée avec trois autres joueurs exclus, pour le moment, des trois premiers trios à l’attaque soit Paul Byron, Jake Evans et Arturri Lehkonen. À ceux-ci, le nom de Jordan Weal ne doit pas non plus être écarté d’office.

En congé ce vendredi, au lendemain d’un match intraéquipe, les joueurs du Canadien seront de retour au camp d’entraînement, samedi.

«Il y a de la vitesse et beaucoup d’habiletés au sein de l’équipe et une fois sur la patinoire, on note cette rapidité, a ajouté Perry. Avec ce que je vois jusqu’à maintenant dans les premiers jours du camp d’entraînement, c’est excitant.»

Byron et Lehkonen font partie des attaquants du Canadien fréquemment utilisés en infériorité numérique tandis qu’Evans a l’avantage d’être un joueur de centre naturel. Tous ces facteurs pourraient pencher en défaveur de Perry pour le début de la saison. Le directeur général Marc Bergevin devra néanmoins manœuvrer avec la masse salariale ce qui, au contraire, pourrait sourire à Perry.

Aider les jeunes   

Expérimenté, Perry ne s’en fait pas outre mesure avec la situation actuelle et il évite de faire des vagues. L’attaquant sait fort bien qu’une saison est souvent parsemée de blessures et que le calendrier chargé de 2021 risque de laisser place à une rotation des joueurs utilisés.

Malgré son ardent désir de jouer, Perry devine également que son rôle avec le Canadien sera d’entourer les plus jeunes, que ce soit durant les entraînements ou les matchs.

«Je leur parle, je les observe et je les aide avec des petits jeux, des petits conseils, a d’ailleurs commenté Perry, qui en sera à sa 16e saison dans la Ligue nationale de hockey. Je vais essayer d'utiliser tout ce que j'ai appris pour leur transmettre.»

Tôt ou tard, sur la patinoire comme à l’extérieur, Perry risque d’être très utile au Canadien, lui qui compte 1045 matchs d’expérience en saison régulière et 145 autres en séries éliminatoires. Gagnant de la Coupe Stanley en 2007 avec les Ducks d’Anaheim, l’attaquant faisait par ailleurs partie de la formation des Stars de Dallas, qui ont perdu en finale contre le Lightning de Tampa Bay, en septembre dernier.

Sur les trois premiers trios du Canadien:  

  • Josh Anderson   
  • Joel Armia   
  • Phillip Danault   
  • Jonathan Drouin   
  • Brendan Gallagher   
  • Jesperi Kotkaniemi   
  • Nick Suzuki   
  • Tomas Tatar   
  • Tyler Toffoli      

En lutte pour les derniers postes à l'attaque:  

  • Paul Byron   
  • Jake Evans   
  • Michael Frolik   
  • Artturi Lehkonen   
  • Corey Perry   
  • Ryan Poehling   
  • Jordan Weal