YEARENDER 2020-FILES-TENNIS-AUS-OPEN

Crédit : AFP

Tennis

Roger Federer entre rêve et réalité

Publié | Mis à jour

Roger Federer, 40 ans le 8 août prochain, reste porté par son rêve olympique. Mais après une saison quasi blanche marquée par une double opération au genou droit et le confinement, son avenir sur le circuit est de plus en plus incertain.

«L'heure de la retraite approche et je sais que le circuit va me manquer. Il aurait été facile de prendre ma retraite maintenant, mais je veux me donner une chance de profiter encore du tennis», déclarait le Suisse en juillet dans la presse allemande, peu de temps après avoir subi - en pleine suspension du circuit pour cause de Covid-19 - une seconde arthroscopie du genou droit en quatre mois et mis fin à sa saison. 

Début novembre, il postait sur les réseaux sociaux une photo de lui au service avec cette légende sans équivoque sur ses intentions: «Back to work (retour au boulot)».

Mais, à 39 ans, Federer parviendra-t-il à retrouver sa pleine condition physique?

«Les trois prochains mois vont être cruciaux pour moi», a-t-il estimé dimanche dernier, au cours de la soirée où il a reçu le trophée de meilleur sportif suisse des 70 dernières années.

Federer a d'abord laissé entendre que les Internationaux d'Australie, même si son report de trois semaines (il aura finalement lieu du 8 au 21 février), a été confirmé cette semaine, risque d'arriver trop vite.

«Si ma carrière devait s'arrêter là...» 

«Ça va être très juste avec mon genou, a-t-il avoué. J'avais espéré être à 100% de mes moyens dès octobre, mais ça n'a malheureusement pas été le cas, et ce n'est toujours pas le cas aujourd'hui.»

«J'aurais souhaité être plus en avance sur mon programme, mais je suis tout de même satisfait d'être là où j'en suis, a poursuivi le Bâlois. L'opération en juin a été un véritable coup d'arrêt. Mais depuis, j'ai le sentiment d'avoir beaucoup avancé. Je me laisse encore du temps avant de trancher.»

«Ma priorité, ce sera l'été, avec Wimbledon, les JO et les Internationaux des États-Unis», a-t-il répété sans surprise.

Mais la phrase prononcée par Federer, une fois ce trophée honorifique en main, laisse cependant planer le doute sur la suite.

«J'espère que je retrouverai le circuit en 2021. On verra bien. Mais si ma carrière devait s'arrêter là, ce serait incroyable de la terminer avec cette récompense», a-t-il lâché.

Le vétéran du top 100, toujours 5e mondial, détient la majorité des records de son sport. Il a tout gagné... sauf la médaille d'or olympique en simple (il a remporté l'or en double avec Stan Wawrinka à Pékin en 2008 et l'argent en simple à Londres en 2012).

Mais depuis son 20e titre record en Grand Chelem, en Australie début 2018, il n'a plus joué qu'une finale majeure, en 2019 dans son jardin de Wimbledon, où il a eu deux balles de match face à Novak Djokovic avant de s'incliner.

Un seul tournoi en 2020 

En 2020, Federer n'a disputé qu'un seul tournoi, en janvier: les Internationaux d'Australie, où il a été battu par Djokovic, futur lauréat, en demi-finales.

«Il lui reste un an, a estimé l'ancien joueur britannique Greg Rusedski, ex-no 4 mondial, dans le magazine Radio Times en novembre. Peut-il gagner Wimbledon? Les Jeux olympiques? Dans son cas, il aborde les années les unes après les autres, surtout depuis sa double opération au genou. Ce n'est plus le joueur de 2017, je suis désolé, le temps a passé.»

Lors de son premier retour en 2017, après, déjà, une arthroscopie au genou gauche et six mois de pause fin 2016, Federer avait opté pour une nouvelle raquette et fait évoluer son revers. Et avait triomphé en Australie et à Wimbledon notamment.

Peut-on l'imaginer répéter un scénario comparable et reprendre une longueur d'avance sur Rafael Nadal, qui l'a égalé avec vingt titres du Grand Chelem en octobre en décrochant son treizième Roland-Garros?

«Même s'il a un style de jeu grâce auquel il peut abréger les échanges, sur la durée de tout un tournoi, enchaîner les matches en cinq sets, ça paraît hyper compliqué», a considéré l'ancien joueur français Paul-Henri Mathieu, sur Eurosport.

D'autant qu'à la reprise post-confinement, outre Djokovic et Nadal, de plus jeunes joueurs ont confirmé les attentes placées en eux. Notamment Dominic Thiem, victorieux de son premier Majeur aux Internationaux des États-Unis, et Daniil Medvedev, vainqueur du Masters de fin d'année en battant tour à tour les no 1, no 2 et no 3 mondiaux.