Crédit : Photo d’archives

Boxe

Une nouvelle carte dans le jeu d'Oscar Rivas

Publié | Mis à jour

Au mois de novembre, le World Boxing Council (WBC) a annoncé en grande pompe la création d’une nouvelle division de poids, celle des «bridgerweights». À première vue, ce n’est pas très sexy, mais elle ajoute une carte dans le jeu du poids lourd Oscar Rivas.

Nommée en l’honneur de Bridger Walker, un garçon de six ans qui avait sauvé sa petite soeur d'une attaque de chien, cette 18e catégorie s’adresse aux boxeurs pesant entre 200 et 224 lb. Pour le moment, le WBC est le seul organisme de sanction à afficher un classement pour cette nouvelle division.

Lors du premier relevé émis par l’équipe du président Mauricio Sulaiman, Oscar Rivas (26-1, 18 K.-O.) a été classé au premier rang devant le Belge Ryad Merhy et le Sud-Africain Kevin Lerena. On retrouve également quelques noms connus des amateurs québécois, dont celui de Bryant Jennings.

«Notre priorité pour Oscar demeure de trouver des combats d’envergure dans la division des poids lourds, a expliqué Yvon Michel. Par contre, il ne faut pas écarter la division des bridgerweights des plans parce qu’elle nous permet de ne pas mettre tous nos oeufs dans le même panier.

«Si on voit que les choses n’avancent pas à notre goût chez les lourds, il n’est pas exclu qu’Oscar se batte pour devenir le premier champion de cette catégorie.»

Une question d’argent

C’est bien beau cette nouvelle catégorie, mais ses combats vont-ils être payants pour les boxeurs ? C’est difficile de se prononcer sur cette question.

Il serait surprenant que les promoteurs soient enclins à donner des bourses similaires aux combats de championnat des lourds dès le départ. Yvon Michel a sa petite idée là-dessus.

«Au cours de l’histoire, la popularité et la notoriété d’une catégorie ont toujours dépendu de ses champions, a-t-il expliqué. Lors des premières années de sa carrière, Evander Holyfield est devenu champion unifié des lourds-légers. C’est à ce moment que cette division a pris son envol.»

Maintenant, les gros combats des lourds-légers se déroulent principalement en Europe. En Amérique du Nord, il est difficile pour les boxeurs de cette catégorie de faire des bourses intéressantes. La promotrice américaine Kathy Duva a déjà affirmé au Journal de Montréal qu’il n’y avait pas d’argent à faire avec cette division en Amérique.

Quel sort sera réservé à la catégorie des bridgerweights ? Il faudra attendre quelques années pour le savoir.

Pas un problème de poids

Selon Michel, Rivas n’aurait aucune difficulté à faire le poids de 224 lb s’il décidait de combattre chez les bridgerweights.

«Dans la vie courante, le poids d’Oscar tourne autour de 236 lb. Je ne verrais pas de problème de lui demander une coupe de poids de 12 lb pour un duel chez les bridgerweights», a-t-il ajouté.

Rivas est en grande forme par les temps qui courent. Il enfile les entraînements à un bon rythme avec Marc Ramsay. Par contre, son dernier combat remonte à juillet 2019 alors qu’il s’était incliné contre le Britannique Dillian Whyte.

«On a annoncé nos couleurs à tout le monde dans les dernières semaines, a ajouté Michel. Oscar est prêt à affronter n’importe qui. J’aimerais bien obtenir une revanche contre Dillian Whyte et je verrais très bien ce combat en sous-carte du méga combat entre Anthony Joshua et Tyson Fury.»