Crédit : AFP

Tennis

Une saison «compliquée» mais satisfaisante

Publié | Mis à jour

À l’instar de tous les joueurs, Félix Auger-Aliassime a passé une saison 2020 sous le thème de l’adaptation en raison de la pandémie de la COVID-19. Toutefois, pas question de détourner le regard sur ses objectifs.

Il dresse un bilan positif de sa campagne qui a été arrêtée pendant six mois en raison de la pandémie.

«Ce fut une année compliquée, a indiqué Auger-Aliassime lors d’une vidéoconférence, lundi matin. Il y a eu des défis comme dans les autres métiers et les autres sphères de la société.»

«Avoir atteint la finale à trois reprises, remporté un titre en double à Paris-Bercy et avoir pu passer à la deuxième semaine du US Open, c’est positif en termes de résultats.»

Il croit également qu’il a gagné en maturité comme joueur, mais aussi en tant que personne. C’est une évolution cruciale pour la suite.

«Je suis rendu au stade de ma carrière où je veux aller le plus loin possible dans chaque tournoi et de les gagner. Il y a des lignes conductrices dans mon jeu que je dois garder. Je dois être plus précis dans mon travail et ma préparation.»

La prochaine étape

Le protégé de Frédéric Fontang a commencé sa campagne au 21e rang mondial et il a terminé à la même place. Ce n’est pas surprenant étant donné que le système de points a été modifié lors du retour au jeu.

Bien sûr, Auger-Aliassime n’est pas rassasié. Il aimerait bien percer le top 10 et remporter un Grand Chelem. Par contre, il est prêt à prendre le temps qu’il faut pour atteindre ces objectifs.

«J’ai besoin de plusieurs choses. Ça se joue à tous les niveaux. Il n’y a personne qui fait de la magie ou qui possède une recette spéciale. Ce n’est pas une personne qui va t’amener dans le top 10.»

«C’est un processus qui prend du temps. Il faut que je reste réaliste par rapport à la difficulté de la tâche.»

Pour passer à la prochaine étape, il devra améliorer son rendement contre les joueurs mieux classés que lui.

«Chaque cas est particulier. Il faut que je les joue plus souvent et je dois me mettre dans des situations pour les affronter plus souvent.»

Un service amélioré

La deuxième portion de sa saison a été digne d’un marathon où il a joué un total de 31 matchs (simple et double) en seulement 12 semaines.

«C’était une grande charge de travail, a-t-il mentionné. Ce que nous avons vécu comme saison, c’était du jamais-vu pour tout le monde. Par exemple, on a disputé des tournois de terre battue après le US Open.»

«Ce fut une année avec beaucoup d’adaptation et d’incertitude. On n’était jamais sûr si un tournoi allait être présenté ou s’il allait être annulé.»

La pandémie a causé des maux de tête aux joueurs à plusieurs occasions.

«C’était compliqué d’avoir une programmation précise. J’ai fait de mon mieux. J’étais engagé malgré les différentes conditions [bulles, voyages, tests].»

Sur le terrain, Auger-Aliassime sent qu’il a été en mesure de perfectionner certaines facettes de son jeu.

«J’ai amélioré mon service et je veux poursuivre dans la même veine l’an prochain. J’ai également vu une évolution sur la qualité de mes coups et mon jeu au filet. Ça va me permettre de m’établir comme un joueur offensif et puissant tout en faisant preuve de constance.»

Un livre pour les jeunes

Les Éditions Petit Homme ont lancé le livre «Raconte-moi Félix Auger-Aliassime» la semaine dernière. Dans ce bouquin destiné aux jeunes, l’auteure Johanne Mercier raconte l’enfance et les débuts du joueur de tennis.

«Je ne m’y attendais pas du tout. Je ne croyais pas que ça m’arriverait aussi rapidement dans ma carrière. Ça fait drôle de dire que j’ai un livre à mon image avec mon histoire et celle de ma famille.»

«J’espère que ça va inspirer des jeunes au Québec à évoluer dans un sport de haut niveau.»