HKN-HKO-SPO-VEGAS-GOLDEN-KNIGHTS-TRAINING-CAMP

Crédit : AFP

LNH

Nouvelle désastreuse pour l’ECHL

Publié | Mis à jour

La sévérité de la crise sanitaire et les règles de plus en plus strictes dans les états du nord-est des États-Unis ont forcé les dirigeants de la ECHL à prendre une décision déchirante: annuler la saison pour les équipes de sa division Nord.

La nouvelle a été confirmée en milieu d’après-midi par un communiqué émis sur le site web de ce circuit professionnel mineur. 

«Alors que nous continuons à naviguer à travers des règles en constante évolution en Amérique du Nord, nous reconnaissons la nature difficile de cette décision, a déclaré Ryan Crelin, commissaire de la ECHL. Certains de nos marchés sont parvenus à mettre en place des plans dans lesquels les spectateurs pourraient être admis dans les gradins. Toutefois, le même dénouement nous apparaît impossible pour les zones fortement touchées du nord-est.»

Six équipes, dont deux en sol canadien (Brampton et Terre-Neuve) sont directement touchées par cette mesure. Parmi celles-ci, les Mariners du Maine, formation au sein de laquelle Daniel Brière occupe les fonctions de vice-président aux opérations hockey.

«C’est vraiment triste pour nos joueurs, nos partisans et nos employés», a déclaré Daniel Brière, joint mercredi après-midi. Il sortait alors d’une longue réunion virtuelle avec les patrons de la ECHL.

Ces six concessions s’ajoutent aux Gladiators d’Atlanta et aux Admirals de Norfolk qui, de leur propre chef, avaient annoncé qu’ils feraient l’impasse sur la campagne 2020-2021.

Des matchs sans arbitre

D’ailleurs, dans une entrevue accordée il y a trois semaines, le Gatinois avait souligné la précarité des activités de la division de ce circuit. À l’époque, les dirigeants de cette ligue planchaient sur un calendrier à deux volets.

Dans l’espoir d’augmenter les chances de voir cette division participer à ses activités, la ECHL avait convenu de repousser le début du calendrier d’une douzaine d’équipes, dont celle de la division Nord, au 15 janvier. Le début de saison des 13 autres formations était prévu pour le 13 décembre.

«À ce moment, on voyait déjà difficilement comment on parviendrait à faire nos frais avec la permission d’avoir seulement 100 personnes dans l’aréna, a indiqué l’ancien joueur des Flyers et du Canadien, mercredi. Depuis, les mesures ont été ramenées à 50 personnes. Ça ne fait aucun sens. C’est à peine assez pour amener les deux équipes et leurs entraîneurs. Tu n’as même pas assez de place pour les arbitres.»

À n’en point douter, c’est une fort mauvaise nouvelle. Toutefois, considérant que les Mariners devaient accueillir au moins 2500 spectateurs par rencontre pour faire leurs frais, cette annulation est pratiquement un mal pour un bien.

«À notre niveau, les revenus proviennent principalement de la billetterie. Et les ventes corporatives deviennent pratiquement nulle si tu n’as personne dans les estrades», a expliqué Brière.

Un an et demi sans jouer

Ce sont donc 18 équipes, et non 26, qui formeront les cadres de la ECHL cet hiver. À moins que d’autres décident également de retirer temporairement leurs billes. Elles ont jusqu’au 30 novembre pour faire part de leurs intentions.

Puisque la dernière saison avait été interrompue à la mi-mars, cela signifie que les équipes qui seront inactives auront été à l’écart du jeu pendant 18 mois lorsqu’elles réintégreront les cadres du circuit en septembre 2021. Le temps risque d’être long pour leurs hommes de hockey.

«Je n’aurais jamais pensé qu’une chose comme celle-là soit possible, a dit Brière. On n’aura pas le choix. Il va falloir déjà se préparer pour la prochaine saison (2021-2022), appeler les détenteurs d’abonnements de saison et trouver nos commanditaires. Au moins, la ECHL a l’habitude de sortir son calendrier assez tôt. Habituellement, au mois d’avril.»

D’ici là, les joueurs des six formations touchées deviendront autonomes. Brière compte se mettre au téléphone rapidement pour parvenir à placer les siens.