HKO-HKN-SPO-WASHINGTON-CAPITALS-V-CHICAGO-BLACKHAWKS

Crédit : AFP

LNH

De terribles épreuves pour Brent Seabrook

Publié | Mis à jour

Le défenseur des Blackhawks de Chicago Brent Seabrook a vécu son lot d’épreuves ces deux dernières années. Après avoir vécu la perte d’un être cher, la maladie de son père et subi trois opérations, il est maintenant prêt à revenir en force sur la glace.

Dans une longue entrevue accordée à The Athletic, le joueur de 35 ans raconte comment sa vie a basculé en mars 2018. Son père lui a alors annoncé le suicide de son entraineur et grand ami Scott Hebert. Il était âgé de 47 ans et connaissait Seabrook depuis 18 ans.

Hebert s’est enlevé la vie deux semaines avant le 1000e match de Seabrook dans la Ligue nationale de hockey, qui devait s’avérer pour lui un grand moment.

«Ça a été une des choses les plus difficiles que j’ai eu à affronter dans ma vie. Scotty était un gars plein de vie et d’énergie, a raconté Seabrook. C’était un gars spécial. Quelqu’un que j’étais reconnaissant d’avoir dans ma vie.»

Ce jour-là, le défenseur des Blackhawks s’est rendu au United Center où son équipe devait affronter les Blues de St. Louis.

«Je ne me souviens pas d’avoir pensé du tout au hockey. Je me souviens d’être tombé sur Joel (Quenneville), il est venu vers moi et m’a pris (dans ses bras). Je me suis effondré.»

Alors qu’il tentait de faire le deuil de son grand compagnon, Seabrook a vécu peu après de longues semaines d’angoisse alors que son père faisait face à des problèmes de santé, que les médecins ont eu beaucoup de mal à identifier.

Des problèmes cognitifs sévères ont mené à une batterie de tests peu ou pas concluants. Ce n’est que quelques mois plus tard que le diagnostic est enfin tombé. Gary Seabrook souffrait d’une encéphalite auto-immune. En mars 2019, son état de santé s’est mis à s’améliorer et il a finalement pu quitter l’hôpital le mois suivant.

«Environ trois jours après sa sortie de l’hôpital je l’ai appelé et je me souviens d’avoir pensé «mon père est de retour», a raconté le défenseur des Hawks. Pendant trois à quatre mois, c’était assez fou dans notre famille. Je n’ai pas pensé beaucoup au hockey.»

Blitz d’opérations

Alors que la santé de son père s’améliorait, Seabrook a lui-même dû prendre des décisions importantes pour améliorer la sienne. Il a donc subi une intervention chirurgicale à l’épaule droite en décembre 2019, avant de se faire opérer la hanche gauche en janvier 2020 et la hanche droite en février 2020.

Des choix qu’il ne regrette pas du tout aujourd’hui. «Je suis en santé et je ne me suis pas senti aussi bien depuis 10 ans. Me lever du lit, ou faire des petites choses comme lacer mes souliers et jouer par terre avec mes enfants, c’est beaucoup plus facile», a indiqué Seabrook, qui voit également une grande différence sur la glace.

«J’ai hâte au camp d’entrainement, a-t-il ajouté. J’ai hâte d’avoir l’opportunité de revenir et de montrer à tout le monde ce que je peux faire. Je n’en ai pas fini avec le hockey.»