Crédit : AFP

LNH

Les Bruins «à toute vapeur» avec Rask

Publié | Mis à jour

Les partisans des Bruins de Boston peuvent être rassurés: l'équipe se prépare à amorcer la prochaine campagne avec Tuukka Rask comme gardien de confiance, même si celui-ci a momentanément quitté le groupe pendant les plus récentes séries éliminatoires.

Le Finlandais a décidé de se retirer de la bulle en plein cœur de la série de premier tour des siens contre les Hurricanes de la Caroline, au mois d’août, en raison d’une urgence médicale touchant sa fille. Or, avec la pandémie de COVID-19, un retour rapide était impossible puisque toute personne qui souhaitait réintégrer la bulle devait se placer en quarantaine auparavant.

Jaroslav Halak avait pris la relève et vaincu les Hurricanes, mais le club du Massachusetts a ensuite été éliminé par les éventuels champions de la coupe Stanley, le Lightning de Tampa Bay. Mais quoi qu’il en soit, les ennuis de santé semblent de l’ordre du passé et Rask est prêt pour reprendre les rênes, selon l’entraîneur-chef Bruce Cassidy.

«Je pense que tout ce qui s'est passé dans la bulle est un sujet qui a été abordé et réglé, a déclaré Cassidy mercredi au site officiel de l’équipe. Nous avançons, nous nous préparons à gagner l'année prochaine. Cela inclut notre gardien de but.»

«Tuukka peut parler pour lui-même, mais je pense qu’il veut revenir et jouer au hockey pour nous donner une chance de gagner. Je suppose qu’il dirait: "je suis toujours le gardien que j’étais et je suis prêt. La famille va bien, tout le monde va bien, ainsi jouons au hockey."»

Marchand et Pastrnak dans les temps

Le pilote a également fait une mise à jour rapide à propos de l’état de santé de ses attaquants Brad Marchand et David Pastrnak, opérés respectivement le 14 septembre pour une hernie sportive et le 16 septembre à la hanche.

Leur convalescence était à l’époque estimée à quatre et cinq mois. Près de deux mois plus tard, rien n’a changé. Ainsi, Marchand devrait être de retour à la mi-janvier et Pastrnak, à la mi-février.

«Ils sont dans les temps. Ils peuvent même être en avance sur les échéances, pour autant que je sache. Donc, je suppose que nous sommes optimistes en ce moment sur leur progression. L'inconnu est [qu'il] est difficile de projeter dans quel match ils joueront parce que nous ne savons pas quand notre premier match aura lieu...»