Impact de Montréal

Quand Richard Legendre a dû sauver l'Impact

Publié | Mis à jour

 Un appel du Premier ministre du Québec Bernard Landry a changé l’avenir du soccer à Montréal en 2001. Alors que l’Impact connaissait des difficultés financières, le gouvernement avait mis la main à la pâte.

Dans le cadre de la semaine Sport et politique à Dave Morissette en direct, l’ancien ministre des sports et vice-président exécutif de l’Impact Richard Legendre a plongé dans ses souvenirs pour se remémorer une brève conversation avec Landry. À voir dans la vidéo ci-dessus. 

«Quand je suis arrivé en poste comme ministre en 2001, M. Landry m’appelle. Il s’inquiétait du sort de l’Impact. Joey Saputo n’était pas certain de vouloir continuer», raconte celui qui a été député du Parti québécois de 2001 à 2007.

«Bernard Landry me dit : "Est-ce qu’on peut faire quelque chose ?" Je raccroche et mon chef de cabinet me dit deux choses : "Le Premier ministre ne t’appellera pas à tous les jours et quand il t’appelle pour te demander quelque chose, t’es mieux de le faire."»

C’est alors que le gouvernement du Québec offre une aide financière au club montréalais. De son côté, l’Impact se transforme en organisation à but non-lucratif.

À ce moment, Richard Legendre était loin de se douter qu’il deviendrait l’un des bras droit de Joey Saputo quelques années plus tard.

Lors de sa défaite électorale en 2007, l’ancien ministre des sports de joint à l’Impact pour un projet grandiose : la construction du stade Saputo. 

«Ce n’était pas pour mes connaissances en soccer que Joey me recrutait», avoue celui qui a travaillé pour l’Impact pendant plus d’une dizaine d’année. 

Avec Legendre dans ses rangs, le Onze montréalais a inauguré le Stade Saputo en 2008, procédé à son agrandissement en 2012, en plus de voir l’équipe faire le saut dans la MLS lors de la même année.