Canadiens de Montréal

Le combat qui a mis Dave Morissette «sur la map»

Publié | Mis à jour

Notre collègue Dave Morissette a eu à se mesurer à plusieurs durs-à-cuire au cours de sa carrière dans le hockey professionnel, mais c’est son affrontement avec le célèbre Bob Probert, un soir d’automne à Montréal, qui restera toujours dans les mémoires.

«C’est le combat qui m’a mis sur la "mappe"», a admis Dave, jeudi soir, à «JiC», quelques minutes avant la diffusion du documentaire «Tough Guy», sur la vie de Probert, à TVA Sports.   

Morissette, après plusieurs années dans les ligues mineures, obtenait sa première vraie chance dans la LNH cette saison-là (1998-1999), avec les Canadiens. Il se souvient bien, évidemment, du soir où Probert et les Blackhawks de Chicago étaient en ville.

«Je me rappelle de la période d'échauffement», a-t-il raconté.

Probert était très calme, peut-être trop, même, sachant que lui et Morissette allaient sûrement devoir s’affronter aux poings durant la rencontre. Le colosse souriait et tout semblait normal pour lui, s’est souvenu Dave,

«Il n'avait pas l'air de savoir qu'on allait se battre et ça, c'était intimidant», a-t-il souligné.

Cela dit, celui qui était surnommé «Moose» était prêt à toute éventualité.

«Je savais exactement comment il se battait, c'est un droitier, je savais qu'il frappait, a-t-il expliqué. J'avais étudié des cassettes de combats de Bob Probert durant l'été.»

Tôt dans le match, l’entraîneur du CH de l’époque, Alain Vigneault, envoie Morissette se positionner à côté de Probert lors d’une mise au jeu. Dave n’hésite pas à lancer une invitation au champion des poids lourds de la LNH, mais ce dernier n’est pas intéressé, jugeant que le joueur des Canadiens est un inconnu.

Mais Morissette veut son combat. Il faudra donc provoquer Probert. Pour ce faire, il demande à son coéquipier Trent McCleary, un autre joueur rugueux, d’allumer le feu.

«Trent passe derrière Probert et lui fait une "jambette", a raconté Dave. Il tombe, il est par terre, mais quand il se relève, il pense que c'est moi!»

Cette fois, Probert est fâché. Et Morissette sait que le combat qu’il aura n’en sera pas un de «routine».

Le numéro 36 fera finalement belle figure. Ne cédant rien, il réussit à glisser une solide droite qui atteint la cible. Probert est au sol, il saigne, c’est terminé. Et le public acclame Morissette.

Ce dernier venait alors de battre celui qui était son «modèle». Aujourd’hui, comme tout le monde, il se désole de la fin de Probert, décédé d’une attaque cardiaque à seulement 45 ans.

Sachant que les joueurs qui avaient les mêmes responsabilités que lui sur la glace ont souvent eu des problèmes de santé après leur carrière, Dave se considère très chanceux.

«Tous les jours, a-t-il assuré. Je regarde certains de mes confrères qui ont de la difficulté alors que moi je suis avec toi, ce soir, et j'anime mon émission tantôt.»

Voyez le segment complet dans la vidéo principale.