Crédit : Photo d'archives, Simon Clark

LHJMQ

La LHJMQ attend la réponse de la Santé publique

Publié | Mis à jour

En attente d’une réponse de la Santé publique depuis le début de la semaine avant d’aller de l’avant avec son projet de bulle, la LHJMQ n’a toujours pas reçu le feu vert de l’organisme étatique mais le projet est toujours à l’étude, a confirmé le docteur Horacio Arruda jeudi.

La Ligue avait demandé à la Santé publique une réponse d’ici mercredi dernier mais cette dernière tarde toujours à venir. 

«Les discussions sont en cours. Mon équipe avait des préoccupations particulières, notamment avec certains protocoles de bulle et c’est en train d’être discuté actuellement. On comprend que les échéanciers, c’est rapide, c’est le 12 novembre et ça fait qu’on est en pleine discussion là-dessus. Je ne peux commenter la décision finale», a mentionné le Dr Arruda, jeudi.

Rappelons que la Ligue a soumis aux dirigeants de la Santé publique un projet qui permettrait aux sept formations évoluant actuellement en zone rouge de continuer à jouer malgré les restrictions gouvernementales. La LHJMQ aimerait recréer une «bulle sanitaire» à l’image de celle qu’a utilisée la Ligue nationale de hockey lors de ses dernières séries éliminatoires et c’est vraisemblablement à Québec que le tout aurait lieu.

À la télé 

Ces sept équipes seraient logés dans le même hôtel de la Vieille capitale pour 11 jours, du 12 au 22 novembre, afin de rattraper le retard pris en raison de la situation actuelle et seraient complètement coupés du monde extérieur, ne sortant que pour se rendre au Centre Vidéotron, choisi non seulement en raison de la possibilité d’y installer plusieurs vestiaires, mais surtout puisqu’elle espère profiter de ce concept de bulle pour y présenter des parties à la télévision à TVA Sports en français et au réseau Sportsnet, en anglais.

Le Centre Vidéotron dispose de toute la régie technique nécessaire à l’interne, ce qui éviterait aux stations de se déplacer avec leurs propres équipements.

À noter qu’une fois l’aval de la Santé publique donné, ce sera aux propriétaires des équipes concernées de décider s’ils acceptent ou non ce projet dont les coûts seront importants.

Calendrier à reprendre 

D’ailleurs, il ne s’agira pas d’un «tournoi à la ronde» comme ce qui a circulé au cours des derniers jours. La LHJMQ en est encore à l’évaluation de la façon dont elle organisera le calendrier dans la bulle, si le projet devait voir le jour.

«Ce n'est pas un tournoi, a confirmé le directeur des communications de la LHJMQ Maxime Blouin. Notre objectif est que chaque équipe joue six parties et on est encore en train d’évaluer les différents scénarios. On ne sait pas si on continuerait de faire jouer les équipes contre leurs rivaux de division ou si on refait un calendrier pour que les sept équipes dans la bulle s’affrontent.»

En ce moment, quatre équipes de la division Est (les Remparts de Québec, les Tigres de Victoriaville, les Saguenéens de Chicoutimi et les Cataractes de Shawinigan) et trois de l’Ouest (les Olympiques de Gatineau, les Voltigeurs de Drummondville et l’Armada de Blainville-Boisbriand) sont en zone rouge.

Les Saguenéens sont l’équipe qui a disputé le plus de matchs parmi celles en zone rouge, avec cinq depuis le début de la saison, tandis que Québec et Blainville-Boisbriand ne comptent que deux parties au classement, soit celles du weekend d’ouverture.

Comme c'est le cas actuellement, ni les partisans, ni les membres des médias n'auraient accès aux parties.