Crédit : Martin Chevalier / JdeM

LNH

Une deuxième chance pour Elias Lindholm?

Publié | Mis à jour

Avec les récentes acquisitions de son directeur général Brad Treliving par l’entremise du marché des joueurs autonomes, l’entraîneur-chef des Flames de Calgary, Geoff Ward, espère pouvoir redonner une chance à Elias Lindholm d’évoluer au centre.

Utilisé comme ailier droit avec Sean Monahan et Johnny Gaudreau depuis deux ans, Lindholm est toutefois un joueur de centre naturel. Ainsi, les ajouts des ailiers Josh Leivo et Dominik Simon pourraient permettre à Lindholm de pivoter son propre trio.

Ward, qui a hérité du poste de pilote officiellement après avoir assuré l’intérim dans la dernière partie de la saison 2019-2020, étudiera certainement toutes les possibilités lors du prochain camp d’entraînement.

«Je pense que nous voulons vraiment déterminer si oui ou non nous avons une meilleure formation avec Elias Lindholm au centre plutôt qu'à l’aile droite, a dit Ward lors d’une entrevue avec le réseau Sportsnet. C'est certainement une option. Je pense qu'avec la profondeur que nous avons acquise sur le marché des joueurs autonomes, nous pouvons y jeter un coup d'œil.»

Un naturel

«Nous savons comment [la formation avec Lindholm à droite] fonctionne et nous sommes à l'aise avec cela. Mais c'était un joueur vraiment efficace pour nous au centre. Je pense qu'il se considère vraiment comme un joueur de centre; il l'a toujours fait. Je pense qu'il gagne en énergie en jouant au poste dans lequel il a grandi. Nous devons y jeter un œil à coup sûr. C'est une position naturelle pour lui», a ajouté l’instructeur.

Ainsi, Sean Monahan, Mikael Backlund, Sam Bennett et Lindholm pourraient être employés au centre. Mais pour l’instant, pas question d’identifier les trios avec des numéros.

«Je ne dis pas aux gars: "vous commencerez dans ce rôle ou celui-ci". Ils voient les signatures et comprennent ce qu’elles impliquent. C’est un beau problème à avoir. Je crois vraiment que nous devons être une équipe à quatre trios. Je suis nerveux quand vous nommez les trios 1, 2, 3 et 4.»

«En fin de compte, si nous donnons à tous le temps de jeu, ils ne se soucient pas vraiment de l'endroit où ils jouent, du moment qu'ils peuvent jouer selon leurs forces.»