Canadiens de Montréal

Thibault est loin d'être un cas isolé

Publié | Mis à jour

Ce n’est vraiment pas facile la vie de gardien à Montréal. Parlez-en à Jocelyn Thibault! 

Surtout qu’il est arrivé avec les Canadiens pour remplacer un certain Patrick Roy. L’émergence d’un autre Québécois, José Théodore, a ensuite rendu l’expérience encore plus pénible. Tellement qu’il a demandé une transaction avant la saison 1998-1999.      

Thibault est revenu sur ces événements marquants au cours d’une émission spéciale de Dave Morissette en direct consacrée à sa carrière, lundi soir, dans le cadre de la semaine des gardiens québécois à TVA Sports. 

«J’ai demandé une transaction durant l’été. On a ensuite connu un bon début de saison, les choses allaient bien, mais j’étais toujours en attente d’un échange. C’était difficile la rivalité avec Théo. C’était une ambiance bizarre», a-t-il raconté. Voyez l’entrevue dans la vidéo ci-dessus.

Le souhait de Thibault a finalement été exaucé le 16 novembre 1998, alors qu’il a été envoyé aux Blackhawks de Chicago. 

«Price vit la même chose»    

Le cas du Sherbrookois est loin d’être unique. Thibault sait pertinemment que «c’est la même chose pour tous les gardiens» qui jouent pour les Canadiens.

«Carey Price vit la même chose, a-t-il donné comme exemple. J’en parlais d’ailleurs avec Patrick Roy récemment. C’est impressionnant ce que Price fait, mais il a dû essuyer beaucoup de critiques dans les dernières années.» 

«Tu vis des hauts et des bas à Montréal. Quand tu es dans le haut de la vague, c’est le fun, mais quand tu es dans le creux, c’est difficile, a-t-il ajouté. Plusieurs bons gardiens ont déjà passé au cash! Avant la transaction, des gens pensaient même que Roy était fini!»

Si Thibault était soulagé de quitter le CH, son grand ami Stéphane Robidas, l’un des invités de la soirée, a «trouvé ça extrêmement difficile» lorsque son tour est venu en 2002.

«J’ai été placé au ballottage pendant le camp d’entraînement. Guy Carbonneau m’a alors recommandé aux Stars de Dallas, qui m’ont réclamé. J’ai trouvé ça extrêmement difficile de quitter Montréal. C’est seulement après les Fêtes que j’ai fait mon deuil et accepté le fait de ne plus jouer dans un gros marché de hockey.» 

Drôle de hasard...     

Par un concours de circonstances, les chemins des deux hommes se sont souvent croisés. Ils ont fait partie deux fois de la même équipe, mais ils n’ont pas disputé le moindre match ensemble, autant à Montréal qu’à Chicago. 

«Je me suis fait échanger de Dallas à Chicago, où jouait Jocelyn, mais il était blessé. Quand il est devenu prêt à revenir au jeu, je me suis blessé et j’ai raté la fin de la saison, s’est souvenu Robidas. On a ensuite fait un camp d’entraînement du Canadien ensemble, mais on n’a pas joué un seul match, comme à Chicago.» 

«C’est particulier. J’ai même joué plus de matchs avec toi Dave qu’avec Steph!», a lancé Thibault. 

Par contre, c’est bien différent aujourd’hui, alors que Robidas et Thibault font tous deux partie du même club, le Phoenix de Sherbrooke, à titre d’actionnaires. 

De mardi à jeudi, DMD accueillera respectivement Mathieu Chouinard, Pascal Leclaire et Jean-Sébastien Giguère.

Ci-dessous, voyez la première partie de la longue entrevue avec Thibault.