Crédit : MARTIN ALARIE / JOURNAL DE MONTREAL

LHJMQ

L’Armada reprend ses activités lundi

Publié | Mis à jour

L’Armada de Blainville-Boisbriand a annoncé que l'équipe reprendra ses activités lundi prochain, après avoir été victime d’une éclosion de COVID-19.

Dans un communiqué publié sur son site web vendredi, la formation de la Ligue de hockey junior du Québec (LHJMQ) a indiqué que la période de quarantaine de ses joueurs et de son personnel était terminée.

«L’équipe pourra donc reprendre ses activités lundi prochain. Les activités de l’équipe consistent en des pratiques, des périodes d’études et autres activités d’équipe diverses», a écrit l’Armada dans sa missive.

La semaine dernière, on apprenait que 18 personnes avaient été infectées par le virus dans l’entourage de l’équipe. L’éclosion chez l’Armada était la première dans la LHJMQ. Il y en a également eu chez le Phoenix de Sherbrooke, une formation qui avait affronté celle des Basses-Laurentides avant que les cas soient détectés.

«De nouvelles mesures seront mises en place afin d’assurer la sécurité de nos joueurs et des membres de notre personnel, a aussi dit l’Armada. La bulle sera plus étanche et les mesures seront plus strictes. La santé publique et la Ligue ont mis en place des mesures sanitaires strictes dès le début du camp d’entraînement. L’Armada a respecté ces mesures, toutefois, l’organisation doublera de prudence en s’assurant de mettre en place des mesures encore plus strictes.»

Une bulle pour l'équipe

L’équipe a également précisé que le Centre d’excellence Sports Rousseau sera ouvert uniquement pour le club dans les prochaines semaines. Les autres activités ne pourront y avoir lieu, au grand dam de la population de Boisbriand.

De façon globale, la LHJMQ a décidé de reporter tous ses matchs prévus en territoire québécois, et ce, jusqu’au 28 octobre. Cette décision a été prise en raison de la deuxième vague du virus et du nombre de régions administratives du Québec qui ont été mise en zone rouge par le gouvernement.

«C’était important pour nous de prendre la bonne décision et d’être proactifs avec l’identification de villes en zone rouge et l’évolution de la situation. On va continuer de travailler avec la Santé publique et solidifier, au besoin, notre protocole de retour. Il n’y a rien de mal à reculer pour revenir plus fort», avait indiqué le commissaire Gilles Courteau, mercredi, lors d’une vidéoconférence.