HKN-HKO-SPO-MONTREAL-CANADIENS-V-PHILADELPHIA-FLYERS---GAME-FIVE

Crédit : AFP

Canadiens de Montréal

Gallagher s'entend finalement avec le CH

Publié | Mis à jour

Lorsque vient le temps de décrire le caractère, la ténacité et l’acharnement qu’ils recherchent chez les jeunes espoirs de l’organisation, Marc Bergevin et Trevor Timmins citent constamment Brendan Gallagher en exemple. Le directeur général du Canadien s’est assuré de pouvoir le faire pendant encore plusieurs saisons.

En début de soirée mercredi, le Canadien a annoncé s’être entendu avec l’attaquant sur les modalités d’une prolongation de contrat de six ans d’une valeur de 39 M$.  

Puisqu’il reste une saison au pacte que les deux parties avaient signé en novembre 2014, cela signifie que leur association devrait durer jusqu’au 1er juillet 2027. Au terme de cette entente, le fougueux ailier viendra de célébrer son 35e anniversaire de naissance.

«Je ne pouvais m’imaginer jouer ailleurs (qu’à Montréal). Jusqu’ici, ça a été un beau parcours. Je suis excité de jouer devant vous (les partisans) pour au moins les sept prochaines années», a déclaré Gallagher dans une vidéo publiée sur le compte Twitter du Canadien.

«En espérant que nous serons en mesure de gagner le prix ultime. J’adore ce que Berge (Marc Bergevin) a fait cet été. Nous aurons une équipe compétitive», a-t-il ajouté.

Cette moyenne de 6,5 M$ par campagne fait de l’Albertain d’origine l’attaquant le mieux payé du Canadien.

La cinquième case  

Mardi, au lendemain de la mise sous contrat de Tyler Toffoli, le directeur général du Canadien avait souligné que cette embauche lui avait permis d’inscrire un crochet dans la quatrième des quatre cases qu’il devait cocher au cours de la saison morte : un gardien numéro deux (Jake Allen), un gros défenseur (Joel Edmundson), un ailier de puissance (Josh Anderson) et un bon marqueur (Toffoli).

S’il avait eu à désigner une cinquième case, celle d’unir le Canadien et Gallagher à long terme aurait sans doute été la suivante.

D’ailleurs, le 29 septembre, il avait confirmé au Journal de Montréal que parmi son groupe de joueurs qui allaient atteindre le statut de joueur autonome sans compensation à la fin de la prochaine saison, Gallagher pointait au sommet de la liste de ses priorités.

Deux saisons de plus de 30 buts  

Huit saisons, dont deux de plus de 30 buts, son cœur, son âme, ses doigts et sa mâchoire, voilà, en partie, ce qu’a donné ce lointain choix de 5e ronde (147e au total, en 2010) à l’organisation du Canadien.

Il aurait probablement franchi le plateau des 30 buts pour la troisième saison d’affilée sans une blessure qui lui a presque fait rater tout le mois de janvier et la mise sur pause des activités de la LNH un mois et demi plus tard.

Il a terminé la campagne avec 43 points, dont 22 buts, en 59 rencontres.

Il a vu ses séries prendre fin lors du cinquième match de la confrontation contre les Flyers de Philadelphie, victime d’une fracture de la mâchoire, gracieuseté d’un double échec au visage de Matt Niskanen.

En expansion  

Cette entente, jumelée à celles de Josh Anderson (7 ans/ 38,5 M$) et de Tyler Toffoli (4 ans/ 17 M$) coule pratiquement dans le béton le flanc droit de l’attaque du Canadien jusqu’en juillet 2024.

D’ailleurs, le noyau du Canadien prend de plus en plus d’expansion. Dix joueurs sont sous contrat avec le Tricolore, au minimum, jusqu’en juillet 2023.

Aux trois attaquants mentionnés plus haut s’ajoutent Carey Price, Shea Weber, Jeff Petry, Joel Edmundson, Paul Byron et Jake Allen.

Bien sûr, il n’est pas dit que certains d’entre eux ne plieront pas bagage en cours de route. En ce moment, le Canadien a déjà 65,2 M$ d’investis pour la saison 2021-2022. Une somme répartie entre 14 joueurs.

Il reste donc 16,3 M$ sous le plafond, actuellement fixé à 81,5 M$. D’ici là, Phillip Danault, Tomas Tatar, Jesperi Kotkaniemi, Joel Armia, Artturi Lehkonen, Jordan Weal et Victor Mete auront passé go et réclamé quelques centaines de milliers de dollars supplémentaires. Quelques-uns devront assurément le faire ailleurs.

Il faudra également songer à une augmentation de salaire substantielle pour Nick Suzuki, dont le contrat d’entrée arrivera à échéance au terme de la prochaine campagne.

Non, Bergevin n’a pas fini de faire de la gymnastique, mais au moins, sa formation semble maintenant bâtie sur du solide.