zzzz

Crédit : Photo d'archives, Jean-François Desgagnés

LHJMQ

LHJMQ: une septième formation en congé forcé

Publié | Mis à jour

À partir de lundi, la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) comptera sur sept équipes en congé forcé en raison de la pandémie, ce qui n’empêche ni Patrick Roy ni Kevin Cloutier de croire que la poursuite de la saison dans le circuit Courteau est possible.

L’équipe de Cloutier, les Tigres de Victoriaville, s’ajoutera à l’Armada de Blainville-Boisbriand (cas et zone rouge), au Phoenix de Sherbrooke (cas), aux Remparts de Québec, aux Voltigeurs de Drummondville, aux Olympiques de Gatineau (zones rouges) et aux Wildcats de Moncton (zone orange au Nouveau-Brunswick) en tant qu’équipes en arrêt obligatoire lorsque toute la région du Centre-du-Québec passera officiellement en zone rouge, vendredi à minuit.

Décisions à venir

Les mesures concernant les écoles et les sports ne s’appliqueront toutefois qu’à partir de lundi, donc les Tigres devraient être en mesure de jouer leur match de dimanche contre les Cataractes de Shawinigan. L’autre, prévu vendredi contre les Remparts de Québec, demeure en suspens puisque les Remparts sont déjà en zone rouge. La LHJMQ attend toujours des réponses de la Santé publique quant à leur demande d’autoriser les matchs des formations en zone rouge si ces dernières resserrent le concept de bulle. Les Diables rouges ont proposé l’idée de se retirer dans un hôtel de Québec et de s’y confiner, ne se déplaçant que de celui-ci à l’aréna.

Une réponse devrait venir au cours des prochains jours. Si cette proposition est rejetée, certains craignent que la LHJMQ ne mette sa saison en pause le temps que la situation, surtout au Québec, s’améliore.

«On reste encouragés et on gère la situation au jour le jour, a mentionné Cloutier, le directeur général des Tigres. Dans le baseball majeur, si on se rappelle bien, il y a aussi eu des annulations de matchs en début de saison, mais tous les clubs ont complété leur saison.»

Le cas de l’Armada

Chose certaine, les éclosions chez l’Armada de Blainville-Boisbriand et le Phœnix de Sherbrooke au cours des dernières semaines n’aident pas la cause de la LHJMQ dans ses négociations auprès de la Santé publique.

Patrick Roy ne se dit toutefois pas inquiet.

«Ça ne m’inquiète pas parce que ça provient de situations ciblées. Est-ce une surprise de savoir que quand ça rentre dans une chambre, c’est dévastateur, que ça se transmet et que plusieurs l’attrapent? J’ai un groupe d’amis qui étaient 15 lors d’un souper et 11 l’ont attrapé. Tu ne souhaites pas que ça rentre et il faut faire tout en notre possible pour que ce ne soit pas le cas. Ici, on est très stricts sur nos mesures.»

Ce dernier se dit confiant que les activités de la ligue n’auront pas à être suspendues et que la baisse des cas observée au cours des derniers jours est un présage qu’on se dirige dans la bonne direction.

«J’ai espoir que si ça continue comme ça, on va pouvoir recommencer. On est tous ensemble là-dedans. Personne dans la région n’est content de nous voir en rouge et on souhaite tous revenir où nous étions cet été.»