Crédit : PIerre-Paul Poulin / JdeM

Canadiens de Montréal

«C’est une saine compétition, mais...»

Publié | Mis à jour

Au lendemain de la signature de son contrat de deux ans (deux volets) avec les Canadiens, le défenseur Xavier Ouellet s’adressait aux médias, samedi. 

L’entente, rappelons-le, rapportera 725 000$ à l’athlète de 27 ans dans la Ligue nationale de hockey (LNH) et 425 000$ dans la Ligue américaine au cours de la première année. Lors de la seconde, Ouellet touchera 750 000$ dans la LNH et 425 000$ dans la LAH. Il aura également 475 000$ en salaire garanti pour la saison 2021-2022. 

«On est content, me femme et moi, de demeurer à Montréal et dans cette organisation C’était très important pour nous. J’aime beaucoup la direction que prend l’équipe en ce moment. Le club veut gagner et c’est motivant pour tous les joueurs.»

Évidemment, Ouellet n’est pas dupe. Il a constaté, comme tout le monde, que la compétition à la ligne bleue sera très relevée lors du prochain camp d’entraînement du CH. Autant les arrivées de Joel Edmundson et d’Alexander Romanov sont encourageantes pour l’équipe, autant elles forceront Ouellet à élever son jeu d’un cran s’il souhaite se tailler un poste à Montréal.

«Ma mentalité ne change pas. Je veux être à Montréal et aider l’organisation. J’arrive au camp d’entraînement avec le même état d’esprit que lors des autres années. C’est une saine compétition, mais je veux rester avec le grand club.»

Ouellet a également précisé qu’il ne voyait aucun problème à évoluer sur le flanc droit si la demande lui était adressée. 

«Je peux aussi jouer à droite. Je le faisais à Laval. Je vais jouer à l’endroit où les entraîneurs me diront que je dois jouer.»

Pourquoi deux volets? 

Questionné sur les modalités de son contrat, une entente à deux volets, Ouellet a brièvement expliqué comment s’étaient déroulées les négociations. 

«En tant que joueur, tu veux toujours le plus possible. Je fais confiance à mon groupe d’agents. En regardant les comparables ailleurs dans la LNH, j’ai compris qu’un contrat à un seul volet serait dur à aller chercher. Mais cette entente est bonne pour la famille. Je suis satisfait.»

«La lettre sur mon chandail ne change rien»

Lorsqu’on demande à Xavier Ouellet s’il craint de voir son titre de capitaine du Rocket de Laval lui nuire dans son objectif de s’établir avec le CH à long terme, le #61 est sans appel. 

«À Laval, je me concentre sur mon jeu, de façon à mériter un rappel. Je veux gagner des matchs, peu importe où je joue. Tout le monde sait que mon but personnel est d’être à Montréal. Que j’aie une lettre sur mon chandail ou non, ça ne changera pas ma mentalité.»