Crédit : AFP

Tennis

Roland-Garros: Djokovic et Kenin impitoyables

Publié | Mis à jour

Les lauréats de l'Open d'Australie n'ont pas fait de détail samedi au 3e tour de Roland-Garros: Novak Djokovic n'a laissé aucune chance au «lucky loser» Daniel Galan, tandis que Sofia Kenin s'est promenée face à Irina Bara, issue des qualifications, après deux premiers tours compliqués.

Ils volent

Comme aux deux premiers tours, Novak Djokovic n'a laissé échapper que cinq jeux face au Colombien Daniel Galan, balayé 6-0, 6-3, 6-2.

C'est en fait la pluie, qui s'est brutalement abattue en début de deuxième set, qui a fait que cette partie a dépassé les deux heures.

Les deux joueurs ont d'abord continué à jouer tandis que le nouveau toit du court Central se fermait, mais comme la manoeuvre nécessite une quinzaine de minutes et que l'averse s'intensifiait, le match a été brièvement interrompu alors que Djokovic menait 2-1 dans la deuxième manche.

La décision tardive d'interrompre le jeu a obligé les services d'entretien à intervenir, outillés d'une brouette de terre battue et de râteaux, pour remettre le court en état. Même «Djoko» a donné un coup de main en passant quelques coups de râteau.

«Je suis satisfait de mon jeu aujourd'hui (samedi), j'ai joué de manière agressive et j'ai bien servi quand il le fallait», a estimé le Serbe qui affrontera en 8es de finale le Russe Karen Khachanov (16e), tombeur du Chilien Cristian Garin (19e).

Au contraire, Kenin (6e) a connu deux premiers tours compliqués. Mais samedi l'Américaine de 21 ans s'est offert une victoire facile face à la Roumaine Irina Bara, sortie des qualifications, 6-2, 6-0 en 1h12.

«J'en avais un peu marre de ces matches compliqués. Je voulais juste faire un bon début de partie et finir vraiment bien», a-t-elle commenté. Comme tout lui a réussi, elle s'est même amusée à multiplier les amorties en fin de match. «Juste pour m'amuser, je me suis dit "pourquoi pas ?"»

Lauréate de son premier Majeur à Melbourne en février, Kenin atteint pour la deuxième année d'affilée les 8es de finale à Roland-Garros et tentera de se qualifier pour son premier quart parisien face à la Française Fiona Ferro (49e mondiale).

Andrey Rublev avait laissé beaucoup d'énergie au premier tour face à Sam Querrey, battu en 5 sets. Il avait encore cédé une manche au 2e tour face à Alejandro Davidovich. Il ne lui a fallu que 1h34 pour passer le 3e tour samedi aux dépens du Sud-Africain Kevin Anderson (118e) 6-3, 6-2, 6-3. 

À 22 ans, Rublev atteint pour la première fois les 8es sur la terre battue parisienne, il sera opposé au Hongrois Marton Fucsovics (63e).

Ils profitent

Avant de s'affronter en 8es, Stefanos Tsitsipas (6e) et Grigor Dimitrov (20e) ont profité de l'abandon de leur adversaire au 3e tour.

Le Grec menait 6-1, 6-2, 3-1 quand Aljaz Bedene (56e) a jeté l'éponge. «Pouvoir jouer en deuxième semaine me donne beaucoup de confiance. C'est un sentiment extraordinaire. Vous sentez que vous appartenez à un groupe prestigieux», a-t-il commenté.

Le Bulgare, lui, menait 6-1, 6-3 quand Roberto Carballes (101e) a abandonné. Lui qui n'avait jamais dépassé le 3e tour à Roland-Garros y est apparu cette année en grande condition, n'ayant pas cédé le moindre set en trois matches. «Je suis content de mon niveau de jeu. Et de mon physique aussi», a-t-il prévenu.

Ils échouent

Roberto Bautista et Matteo Berrettini n'y étaient pas.

L'Espagnol (10e), a cédé face à son compatriote Pablo Carreno (18e), vainqueur 6-4, 6-3, 5-7, 6-4 au terme d'un match serré. «Il s'est moins désuni que moi dans les moments difficiles», a analysé Bautista.

Pour l'Italien (8e), la surprise d'une défaite face Daniel Altmaier (186e et issu des qualifications) est plus grande. Et l'explication plus vague: «Je ne me sentais pas bien. J'ai tenté de me battre. J'ai essayé de jouer avec ce que j'avais, mais ce n'était pas suffisant. Il mérite largement sa victoire.» 

Du coup, c'est Altmaier qui affrontera Carreno pour une place en quarts.