Crédit : Photo USA TODAY Sports

Impact de Montréal

Toye jouera pour son idole

Publié | Mis à jour

Il n’est pas rare que des joueurs américains expriment des réserves quand ils sont échangés à l’Impact, mais ce n’est pas le cas de Mason Toye, qui a même tenu à dire quelques mots en français avant de répondre à une première question.

C’est surtout la présence de Thierry Henry à la barre de l’équipe qui l’enthousiasme.

«Je fais partie de ceux qui l’admiraient quand il jouait. Je viens du New Jersey, alors j’allais le voir quand il jouait pour les Red Bulls, a-t-il révélé dans une visioconférence. Je veux simplement être une éponge et emmagasiner le plus d’informations possible afin de m’améliorer.»

«J’avais beaucoup d’idoles quand j’étais jeune et c’est incroyable que la plus grande d’entre elles soit maintenant mon entraîneur. Il a eu une influence majeure sur moi, c’est probablement la personne qui a eu le plus grand impact sur moi en tant que joueur.»

Arguments

Toye, qui a joué au hockey et au basketball avant de se convertir au soccer, a des arguments intéressants en sa faveur et entre dans le moule que préconise le directeur sportif Olivier Renard.

C’est un jeune joueur de seulement 21 ans qui offre un bon potentiel et qui est doté d’un bon gabarit à 6 pi 3 po et 180 lb.

Il pourrait très bien s’amener en relève ou en soutien à Romell Quioto dans des situations tendues ou encore évoluer comme partant aux côtés du Hondurien si Thierry Henry décidait d’opter pour un schéma à deux attaquants.

En trois saisons dans la MLS, Toye a inscrit sept buts et quatre passes en 1604 minutes, soit l’équivalent de 17,8 matchs. Mais c’est surtout l’an passé qu’il a impressionné avec six buts et trois passes en seulement neuf départs et sur 820 minutes, soit l’équivalent de 9,1 matchs.

Changement d’air

Toye n’a pas beaucoup joué cette saison malgré une bonne année 2019 et les choses n’allaient pas s’améliorer avec l’arrivée du vétéran Kei Kamara.

«En tant que jeune joueur dans cette ligue et surtout comme attaquant américain, c’est difficile de se faire une place comme titulaire», a-t-il reconnu.

«Je savais que des équipes s’intéressaient à moi et j’ai dit à mon agent que s’il y avait un réel intérêt, de dire oui à la transaction.»

«Je sais que peu importe où je vais, je devrai faire ma place. Mais j’avais surtout besoin d’un changement d’air.»