Crédit : Photo AFP

Baseball - MLB

MLB: des joueurs qui ont mérité un A dans leur bulletin

Publié | Mis à jour

La très courte saison régulière du baseball majeur est déjà terminée et il est temps pour les 16 équipes toujours en vie de se préparer pour les éliminatoires. Afin d’accéder aux séries, certaines ont misé sur la contribution de joueurs s’étant particulièrement illustrés en 2020.

Voici une présentation de quelques athlètes qui ont retenu l’attention au monticule ou au bâton cette année.

Shane Bieber, Indians de Cleveland

Au sein des grandes ligues, seulement deux lanceurs ont atteint le plateau des huit victoires, soit Yu Darvish, des Cubs de Chicago, et Shane Bieber. L’artilleur droitier a présenté une fiche de 8-1 et une moyenne de points mérités de 1,63, la meilleure des majeures parmi les partants réguliers. De plus, ses 122 retraits sur des prises ont représenté un sommet du baseball.

Évidemment, ses performances ont aidé les Indians de Cleveland à se qualifier pour les séries. Candidat de choix à l’obtention du trophée Cy-Young dans la Ligue américaine, celui ayant conservé un dossier de 34-14 depuis le début de sa carrière en 2018 sera l’un des principaux atouts de son club qui accueillera les Yankees de New York durant la semaine.

Luke Voit, Yankees de New York

Justement, les prochains adversaires des Indians possèdent les armes nécessaires en attaque pour faire la vie dure aux lanceurs. Les Bombardiers du Bronx ont pu compter sur le joueur de premier but Luke Voit, le meneur des ligues majeures avec 22 circuits. L’athlète de 29 ans s’est fait remarquer avec des coups sûrs importants au bon moment malgré une moyenne à la plaque relativement ordinaire, soit ,277.

Les Yankees espèrent toutefois que Voit reviendra dans de meilleures dispositions. Il n’a frappé que pour ,214 dans ses sept derniers matchs et des journalistes locaux ont questionné le gérant Aaron Boone quant à son utilisation. Effectivement, le cogneur semble ennuyé par une blessure au pied qui le fait souffrir depuis plusieurs jours.

Nelson Cruz, Twins du Minnesota

Selon des sites spécialisés de paris, incluant le sportsbettingdime.com, le frappeur désigné des Twins du Minnesota Nelson Cruz était le favori à la mi-septembre pour décrocher le titre de joueur le plus utile à son équipe dans l’Américaine. Il faut dire que sans la COVID-19, il aurait affiché des statistiques similaires à celles des dernières années. Depuis 2014, Cruz n’a jamais frappé moins de 37 longues balles pour une saison complète. Cette fois, il en a réussi 16, tout en produisant 33 points et en maintenant une moyenne de ,303.

Voilà des chiffres bien équilibrés ayant permis aux Twins de finir au sommet de leur section. Maintenant, cela suffira-t-il pour le mener au titre du joueur par excellence? Peut-être pas.

Jose Abreu, White Sox de Chicago

La division Centrale de l’Américaine a été chaudement disputée, car en plus des Twins et des Indians, les White Sox de Chicago ont lutté férocement pour conclure en troisième place, ce qui leur a valu une place en séries. La formation de la Ville des vents peut remercier Jose Abreu, qui a dominé le baseball avec 60 points produits.

Évoluant au premier coussin, le Cubain continue de répondre aux attentes, comme il le fait depuis ses débuts en 2014. Ses 19 coups de quatre buts, sa moyenne de puissance de ,617 et ses 76 coups sûrs – le plus haut total dans l’Américaine – pourraient lui permettre d’empocher le titre du «MVP». Seule ombre au tableau : il s’est compromis dans 10 doubles jeux, également un sommet des majeures.

Mookie Betts, Dodgers de Los Angeles

L’ancien des Red Sox de Boston a justifié à sa façon son mirobolant contrat de 12 ans et de 365 millions $ signé en juillet. Le voltigeur n’a pas à rougir de ses 16 circuits et 39 points produits, ni de sa moyenne au bâton de ,292. Mookie Betts a surtout aidé les Dodgers de Los Angeles (43-17) à terminer la campagne avec le meilleur bilan des grandes ligues.

Joueur par excellence dans l’Américaine en 2018, il pouvait obtenir la même distinction dans la Nationale cette année, mais quelques concurrents ont bon espoir de le devancer au fil d’arrivée.

Fernando Tatis fils, Padres de San Diego

Parmi eux, nous retrouvons Fernando Tatis fils, qui rappelle à sa façon que son père a déjà joué pour les Expos de Montréal. Aussi, le jeune joueur d’arrêt-court de 21 ans semble avoir hérité du bon coup de bâton de son paternel qui était capable de réaliser quelques coups de canon.

Tatis fils a été l’une des raisons pour lesquelles les Padres de San Diego ont pris le deuxième rang de l’Ouest de la Nationale. Ses 45 points produits lui ont donné le huitième échelon des majeures à ce chapitre. En 59 rencontres, il a totalisé 17 circuits, soit cinq de moins que sa récolte de 2019 obtenue en 84 matchs.