LHJMQ

Bagarres dans la LHJMQ : «un moment donné, il faut évoluer»

Publié | Mis à jour

Le débat sur les bagarres refait surface ces temps-ci dans la LHJMQ alors qu’il est question de punir celles-ci plus sévèrement. Pour le hockeyeur Maxim Lapierre, lui-même un ancien du circuit Courteau, il est clair qu’il est temps de progresser sur cette question.

«Un moment donné, il faut évoluer», a indiqué le Québécois de 35 ans, vendredi, en entrevue à «JiC». 

«On a amené le casque, puis la visière, on a limité les coups à tête, pourquoi ne pas régler le dossier des bagarres?», a ajouté celui qui évolue désormais en Allemagne.

Lapierre est tout à fait d’accord avec l’idée de punir plus sévèrement ces infractions.

«Le but c'est de protéger le joueur, a-t-il expliqué. Je pense qu'il faut protéger les joueurs de 16 à 20 ans au lieu de vouloir un spectacle. Quand tu as 16 ou 17 ans, tu ne penses pas au futur, à ta vie de père, tu penses à te faire repêcher, à impressionner, et tu ne prends pas toujours les bonnes décisions. Parfois les gars se battent et c'est plus pour impressionner les autres que par décision personnelle.»

«Je ne vois pas pourquoi un gars ferait 15 heures d'autobus en pensant à aller se battre, en ayant le stresse de tout ça et en risquant des blessures, a poursuivi l’ancien des Canadiens. Et en y pensant bien, qu'est-ce que ça change vraiment, en 2020, une bagarre dans un match de hockey?»

«On entend toujours "oui mais les coups salauds" et tout ça, mais j'ai joué en Europe, où il y a beaucoup moins de bagarres, et il y a moins de coups salauds, a-t-il observé. J'ai joué dans la LNH longtemps et les amendes, quand Gary Bettman t'envoie une demande de chèque pour une suspension, ça fait bien plus mal qu'un coup de poing sur le nez.»

De bons mots pour Reichel 

Lors de la saison 2019-2020, qu’il a disputée avec les Polar Bears de Berlin, Lapierre a eu l’occasion d’évoluer aux côtés du jeune Reichel, un espoir bien coté en vue du repêchage de la LNH. Il pourrait même être disponible au rang où les Canadiens repêcheront, lors du premier tour.

«Le premier mot qui me vient en tête, c'est l'intelligence sur la patinoire», a-t-il indiqué au sujet de l’Allemand de 18 ans.

«Ce n'est pas le gars avec le lancer le plus foudroyant, ou tous les autres petits atouts comme ça qui font qu'un joueur est spectaculaire, mais l'intelligence, la discipline, la maturité de ce joueur-là feront automatiquement de lui un choix de première ronde, a-t-il ajouté. Il apprenait tellement rapidement la saison passée, on a joué sur le même trio toute l'année. On patine ensemble depuis quelques semaines et juste dans les cinq-six derniers mois, il y a une énorme différence.»

Lapierre a aussi été élogieux à l’endroit de Jeff Petry, alors que le défenseur du CH a signé une prolongation de contrat de quatre ans avec l’équipe, plus tôt en journée.

«C'est un bon contrat et je suis content d'entendre ça parce que ça prouve que le gars veut être ici, qu'il aime le marché, qu'il veut gagner, a-t-il souligné. Il ne faut pas oublier non plus l'impact des jeunes comme (Jesperi) Kotkaniemi et (Nick) Suzuki, qui donnent espoir aux vétérans.»

Il a aussi été question, durant cette entrevue, de l’autonomie à venir d’Alex Pietrangelo, un ancien coéquipier de Lapierre, et du traitement réservé au gardien québécois Marc-André Fleury à Las Vegas.

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.