Séries 2020 de la LNH

Rick Bowness lance un message clair à ses piliers

Jean-François Chaumont

Publié | Mis à jour

Tyler Seguin et Jamie Benn n’ont toujours pas de point après trois matchs en finale de la Coupe Stanley. Alexander Radulov, l’autre membre du premier trio des Stars, est encore à la recherche d’un premier but contre le Lightning.

Denis Gurianov, qui avait obtenu 17 points (9 buts, 8 passes) en 21 matchs avant le début de la finale, s’ajoute aussi à la liste des attaquants improductifs chez les Stars. Le Russe de 23 ans a des zéros dans la colonne des buts, des passes et des points.

Voyez, en vidéo principale, l'«apéro» de Jean-Charles Lajoie au sujet de la baisse de production offensive de Tyler Seguin  

Pour rebondir dans cette série, où le Lightning mène 2 à 1, les Stars auront besoin d’une plus grande contribution de leurs gros noms à l’attaque. Il ne faut pas être un génie pour comprendre ce principe.

«Toutes les équipes ont besoin de leurs meilleurs joueurs, a mentionné Rick Bowness. Nous avons atteint la finale. Je sais que nous perdons 2 à 1, mais nous avons réussi à nous rendre jusqu’ici grâce à la production de plusieurs joueurs. Les Kiviranta, Hintz, Oleksiak et Faksa ont marqué de gros buts pour nous. C’est notre jeu d’équipe qui fait de nous une bonne équipe. Est-ce que nous en voulons plus de nos gros joueurs? Oui. Mais ils ne sont pas les seuls.»

Après le revers de 5 à 2 dans le troisième match, Rick Bowness a lancé un message clair aux membres de son premier trio.

«Nous leur donnons un bon temps de jeu, nous les envoyons sur la glace aussi souvent que possible. Ils ont leur temps de jeu, ils doivent trouver des solutions. Ils sont nos gros attaquants. Ils ont besoin de jouer souvent pour regagner leurs repères. Nous leur laissons de bonnes occasions de produire. Ils auront aussi besoin de l’aide de leurs coéquipiers, mais ils doivent trouver des solutions.»

Pavelski reste positif

En trois matchs dans cette finale, Seguin est l’attaquant le plus utilisé avec un temps de jeu moyen de 19 min 57 s. Benn (16 min 11 s) et Radulov (16 min 28 s) reçoivent aussi une bonne part du gâteau.

«Nous pouvons revenir dans cette série, a rappelé Joe Pavelski. Nous aurons besoin de travailler encore plus fort. Plusieurs joueurs devront élever leur jeu.»

Pavelski n’a pas à rougir de son jeu depuis le début de la finale. L’ancien des Sharks a obtenu deux points (1 but, 1 passe) et il présente un différentiel de +2.

Pas la faute de Khudobin

Si Bowness a clairement dit qu’il s’attendait à plus de ses attaquants vedettes, il a protégé son gardien, Anton Khudobin.

Avec un pointage de 5 à 1 après deux périodes, l’entraîneur âgé de 65 ans a retiré Khudobin du match pour faire confiance à Jake Oettinger. Il cherchait simplement à reposer le gardien originaire du Kazakhstan.

«Nous devons mieux jouer devant lui, a affirmé Bowness. Il est solide, il est constant, il fait son travail. Il nous donne ce que nous attendons d’un gardien partant. Il n’a rien à changer, il doit juste poursuivre de la même façon. Mais comme équipe, nous aurons besoin de l’aider.»

Durant le troisième match, des collègues de Dallas soulevaient l’hypothèse de revoir Ben Bishop d’ici la fin de cette finale.

Pour l’instant, il n’y aura pas de controverse des gardiens avec les Stars puisque Bishop n’a toujours pas reçu le feu vert des médecins pour un retour au jeu.