Crédit : Photo d'archives, Dominic Chan/Agence QMI

LNH

Lafrenière espère jouer avec un joueur bien précis

Publié | Mis à jour

Si les Rangers de New York lui ont confirmé qu’il serait le tout premier choix du repêchage le 6 octobre, Alexis Lafrenière cache bien son jeu. Toutefois, l’attaquant québécois assure que la Grosse Pomme serait pour lui un endroit de choix pour démarrer sa carrière professionnelle.

Lafrenière a eu une rencontre avec l’état-major des Blue Shirts au lendemain de la loterie, mais sans surprise, il n’a pas révélé si ces derniers lui avaient fait une quelconque promesse.  

«C’est certain que ce serait excitant parce que c’est vraiment une équipe reconnue qui a beaucoup d’histoire. C’est certain que si ce sont les Rangers qui me repêchent, ce sera un très grand honneur. C’est l’une des plus grandes villes au monde et ils ont une jeune équipe talentueuse. C’est un bon mélange», a-t-il mentionné jeudi soir lors d’une visioconférence avec les médias.

S’il n’a jamais caché avoir grandi en idolâtrant Patrick Kane des Blackhawks de Chicago, Lafrenière avoue aussi avoir un penchant pour celui qui pourrait fort bien être son futur coéquipier, Artemi Panarin.

«Il a connu toute une saison. Il est dynamique offensivement et à chaque match que j’ai regardé des Rangers, il créait des chances de marquer. Il a assurément fait partie des meilleurs joueurs de la Ligue la saison dernière.»

«Ce serait le fun de pouvoir jouer avec lui. En tant que joueur, tu veux pouvoir apprendre des bons joueurs comme lui. Si j’ai cette chance, je vais pouvoir apprendre de lui, le voir pratiquer et jouer, et le côtoyer hors de la glace. Je vais pouvoir voir comment il se comporte et prendre de ses conseils.»

En manque de hockey  

Lafrenière a pris la décision de ne pas se rapporter au camp d’entraînement de l’Océanic de Rimouski ni de tenter sa chance en Europe tant que le repêchage ne serait pas chose du passé et qu’il n’aurait pas eu l’occasion d’établir un plan avec sa nouvelle formation.

Passionné de son sport, il reconnaît toutefois s’ennuyer un peu.

«C’est sûr que ça me manque. J’aime vraiment jouer des matchs, mais je m’entraîne beaucoup sur la glace. Avec une couple de joueurs, on fait des matchs quelques fois par semaine. Je me tiens occupé et je continue de m’améliorer.»

On ne sait toutefois toujours pas quand la prochaine saison de la LNH va débuter et les plus pessimistes croient que le hockey du circuit Bettman ne sera pas de retour avant le mois de mars prochain. Dans cette éventualité, Lafrenière serait admissible à retourner pour une troisième année au Championnat mondial de hockey junior prévu dans la «bulle» d’Edmonton durant la période des Fêtes.

«C’est une option. Je vais prendre le temps d’en parler avec l’équipe qui va me repêcher ainsi que mes agents et on va prendre une décision en temps et lieu», a-t-il mentionné, lui qui a l’intention de regarder le repêchage depuis la résidence familiale de Saint-Eustache avec ses proches.

************

TIM STÜTZLE SOUHAITE FAIRE LE GRAND SAUT

Tim Stützle ne sait toujours pas quand la saison de la Ligue d’élite d’Allemagne (DEL) débutera ses activités, mais, peu importe, puisque ce n’est pas dans cette ligue qu’il désire passer la totalité de la saison 2020-2021.

Pour le moment, la DEL a annoncé que son calendrier régulier débuterait le 13 novembre prochain, mais Stützle, classé meilleur espoir chez les patineurs européens par la Centrale de recrutement de la LNH, désire faire le saut dans le circuit Bettman.«Mon but est de me présenter au camp de l’équipe qui me repêchera et de faire l’équipe», a-t-il lancé hier. L’Allemand, que plusieurs voient sortir au deuxième ou troisième rang au total tout juste derrière Alexis Lafrenière, a commencé à patiner avec la formation de Mannheim avec qui il a joué l’an dernier.

«Ça fait un mois qu’on patine ensemble. Durant l’été, on a eu beaucoup d’entraînements hors glace, ce qui m’a permis d’améliorer plusieurs aspects de mon jeu [...]»

JACK QUINN CRÉDITE ANDRÉ TOURIGNY

On parle beaucoup de Marco Rossi mais un autre joueur des 67’s d’Ottawa, Jack Quinn, risque d’entendre son nom rapidement le 6 octobre. L’ailier droit a inscrit 52 buts la saison dernière après n’en avoir récolté que 12 à sa première saison dans la Ligue junior de l’Ontario (OHL).

«J’ai beaucoup travaillé dans le gym et ça m’a aidé à arriver en bonne condition physique et avec plus de confiance en mes moyens. Puis, j’ai eu plus de temps de glace, ce qui m’a aidé. Je dirais aussi qu’André [Tourigny] avait été très dur avec moi afin que je joue moins en périphérie et que je sois un joueur plus difficile à affronter. J’ai travaillé là-dessus et ç’a paru.»

UNE EXPÉRIENCE EN OR POUR QUINTON BYFIELD

Utilisé sporadiquement lors du dernier Championnat mondial de hockey junior, Quinton Byfield dit avoir beaucoup appris de cette expérience.

«Ç’a certainement été une bonne leçon pour moi. J’étais habitué à jouer des rôles importants dans toutes les équipes avec lesquelles j’ai joué, mais j’ai dû accepter un rôle un peu plus secondaire. J’étais prêt à tout faire pour aider l’équipe, j’ai essayé d’être le meilleur coéquipier. Au final, je suis revenu avec la médaille d’or et je me sens choyé d’avoir vécu cette expérience.»