Crédit : AFP

Canadiens de Montréal

Caufield a étudié le CH en profondeur

Publié | Mis à jour

Cole Caufield a les yeux rivés sur les Canadiens de Montréal et la Ligue nationale de hockey (LNH). Bien entendu, c’était l’objectif depuis le début, mais c’est en quelque sorte devenu une histoire d’orgueil. 

Caufield est un fier compétiteur. Il a vu son ami Jack Hughes faire ses premiers pas dans le circuit l’an passé. Il a par la suite vu Alex Turcotte et K’Andre Miller, ses coéquipiers avec les Badgers du Wisconsin, signer leur contrat d’entrée. Un autre de ses copains, Trevor Zegras, s’est entendu avec les Ducks d’Anaheim.       

Depuis la mi-août, Caufield est de retour au Wisconsin, où il s’entraîne sur la patinoire avec ses coéquipiers et dans le gymnase avec le préparateur physique des Badgers. Le jeune homme a passé l’été à Plymouth à peaufiner ses habiletés avec Hughes, Turcotte et Cam York, ses anciens camarades avec le programme de développement américain. 

«J’adore son état d’esprit en ce moment», a confié l’entraîneur-chef des Badgers, Tony Granato, lors d’un entretien avec le TVASports.ca il y a quelques semaines. 

Caufield veut mettre toutes les chances de son côté. Granato et lui ont regardé ensemble des enregistrements des matchs du CH lors des dernières séries éliminatoires pour tenter de bien comprendre ce que le personnel d’entraîneurs de l’équipe demandait à ses joueurs. 

«On essayait d’identifier les aspects de son jeu qu’il devra améliorer pour être bien préparé, a expliqué Granato. Mais laissez-moi vous dire qu’il n’est pas loin du but...»

Bref, quand l’heure sera venue pour Caufield de débarquer à Montréal, il saura très bien quel style de jeu préconise le Tricolore, comment il peut aider le club et avec quels joueurs il sera en compétition. 

Tout près du but       

Avec la rondelle, Caufield est d’ores et déjà un joueur de la LNH, estime Granato. 

«Il est dangereux partout et il peut fabriquer des jeux à partir de n’importe quel endroit. Cette partie de son jeu est probablement déjà mûre pour la LNH», a-t-il souligné.

Au-delà de ses talents bien connus de franc-tireur, Caufield est capable de créer des jeux avec la rondelle. Il s'agit d'une qualité sous-estimée dans son coffre à outils qui avait aussi été reconnue par Seth Appert, un de ses anciens entraîneurs au sein du programme développement américain.

Toutefois, comme pour bien des joueurs de son âge, il y a un peu de rodage à faire sur le plan défensif. C'est la raison qui avait été citée par le directeur général du CH, Marc Bergevin, pour repousser d'un an son entrée en scène montréalaise. 

Dès aujourd'hui, Caufield ferait probablement du Tricolore une équipe plus dangereuse en avantage numérique, mais un joueur doit obtenir la confiance de son entraîneur s'il veut obtenir du temps de jeu à cinq contre cinq. 

L'Américain doit donc se familiariser davantage avec toutes les subtilités du jeu en zone défensive.

«Les jeux le long des rampes, les jeux en zone défensive et le positionnement en zone défensive font partie du processus d’apprentissage typique, a noté Granato. Ça revient à l’expérience : jouer contre de meilleurs joueurs, contre des trios défensifs, jouer quand le pointage est de 1-1 lors des éliminatoires, etc. Ce sont des situations dans lesquelles tu acquiers du savoir.» 

L'Europe... sinon un grand rôle au Wisconsin        

Au moment de discuter avec Granato, il semblait acquis que Caufield disputerait la prochaine saison dans la NCAA avec les Badgers. 

Or, la situation semble avoir évolué au cours des dernières semaines. Le début de la saison dans la conférence «Big 10» a été reporté en raison de la COVID-19, et le CH semble ouvert à ce que son espoir mette le cap pour l’Europe afin de ne pas manquer trop d’action.

Les dernières rumeurs liaient Caufield au Rogle BK, une équipe de la meilleure ligue en Suède, soit la SHL. D’ailleurs, depuis que ces informations ont commencé à circuler, le responsable des communications des Badgers ne retourne plus les appels du TVASports.ca. 

S’il suit le plan initial et demeure au Wisconsin pour y disputer sa dernière saison avant son arrivée chez les professionnels, Caufield jouira d’un rôle très important au sein des Badgers, surtout avec les départs de Turcotte, Miller et Wyatt Kalynuk. 

Granato prévoit l’utiliser dans toutes les situations. 

«Je veux qu’il soit le joueur que je peux envoyer pour protéger une avance, et pas seulement pour briser une égalité ou nous aider à effectuer une remontée, a fait savoir l’ancien attaquant des Kings de Los Angeles. Je veux qu’il soit un ailier droit responsable qui effectuera les bonnes décisions avec la rondelle lorsque nous détenons une avance.» 

Caufield et Granato ne veulent rien laisser au hasard. Le jeune homme n’a pas l’intention d’arriver en touriste à Montréal.

«Il ne veut pas aller là-bas pour être simplement un joueur parmi tant d’autres, a indiqué Granato. Il veut arriver avec la mentalité suivante : "Envoie-moi sur la glace, car je vais aider l’équipe." Je ne crois pas qu’il est bien loin [de la LNH]. Miller est revenu l’an passé pour polir son jeu et il est maintenant prêt pour les Rangers de New York.» 

Et dans peu de temps, il y a fort à parier que Caufield sera prêt pour les Canadiens de Montréal.