Crédit : AFP

UFC

«Jamais je ne vais me tuer» - Conor McGregor

Publié | Mis à jour

L’ancien champion mondial de l’Ultimate Fighting Championship (UFC) Conor McGregor n’est pas heureux du tout après son séjour dans un poste de police français et il s’est défoulé sur les réseaux sociaux contre ceux qu’il accuse de vouloir profiter de lui ou de le dénigrer avec de fausses prétentions.

Le célèbre Irlandais a été détenu momentanément la semaine passée après que le bureau du procureur de Corse eut reçu une plainte pour exhibitionnisme et tentative d’agression sexuelle. 

Selon la porte-parole de McGregor, Karen Kessler, qui a confirmé le tout au réseau ESPN, le combattant a été libéré samedi sans être inculpé.

Toutefois, la sortie du cachot ne semble pas avoir calmé le principal intéressé, qui a vociféré en des termes grossiers sur sa page Facebook mardi.

«Jamais je ne vais me tuer, peu importe combien d’entre vous le souhaitent, a-t-il rédigé par le biais de propos rapportés par le site spécialisé SevereMMA. Vous essayez de régler mon cas tout le temps, mais ça ne fonctionne pas, car la vérité finit toujours par me rendre ma liberté. [NDLR : traduction libre]. Viol, actes indécents ou d’exhibitionnisme, prétendue paternité et autres mensonges de groupes WhatsApp, nommez-les! Je n’abandonnerai jamais. La vérité est la vérité et cela me donne des ailes.»

«Je ne paierai pas un seul sou à quiconque se présentant à moi avec des chimères aussi vicieuses, a-t-il ajouté. Je ne permettrai pas à ces gens de m’accuser pour ensuite disparaître dans la brume après avoir tenté de ruiner la vie de quelqu’un d’autre.»

McGregor a annoncé une nouvelle fois sa retraite des arts martiaux mixtes en juin, mais son avenir demeure nébuleux. Il continue de subir des tests de l’agence antidopage américaine. Son dernier combat remonte à l’UFC 246, où il avait défait Donald Cerrone par K.-O. technique en janvier.