Séries 2020 de la LNH

«J'étais content de ne pas avoir à lui serrer la main»

Publié | Mis à jour

L'attaquant des Canucks de Vancouver Antoine Roussel est revenu sur la série face aux Golden Knights de Vegas et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il ne porte pas l'attaquant Ryan Reaves dans son coeur.

«À partir du moment où on dominait et où on menait, on ne l'entendait plus faire ses bruits d'imbécile et d'innocent, a-t-il dit, mardi, lors de l'émission «JiC», sur les ondes de TVA Sports. 

«Pour moi, c'était une victoire à ce moment-là. C'est facile d'écoeurer les gens quand tu gagnes. Je ne l'entendais pas non plus quand c'était 0-0.»

Les Canucks se sont battus jusqu'à la toute fin dans cette série perdue en sept rencontres. Lors du match ultime, le seul but contre un gardien a été inscrit à un peu plus de six minutes de la fin.

«Je ruminais jusqu'à la fin en espérant qu'on gagne parce que la meilleure poignée de main que tu peux donner, c'est celle quand tu gagnes avec le sourire que tu laisses à la personne, a ajouté celui qui est revenu au Québec auprès de sa famille, le week-end dernier.

«Les mots durent un certain temps, mais une victoire [ça reste longtemps]. D'ailleurs, j'étais bien content de ne pas avoir à lui serrer la main à la fin de la série parce qu'il s'est fait sortir, mais j'aurais aimé ça être dans l'autre position et lui lâcher un petit commentaire qui l'aurait fait réfléchir tout l'automne.»

Voyez l'entrevue d'Antoine Roussel dans la vidéo ci-dessus.