Canadiens de Montréal

Drouin, décontenancé, critique les partisans du CH

Publié | Mis à jour

Le cas de Max Domi a beaucoup fait jaser dans l’entourage du CH lors des dernières semaines. 

Après une saison 2018-2019 où il aura atteint un sommet en carrière avec 72 points et terminé au premier rang des pointeurs des Canadiens, le #13 a connu des séries difficiles, cette année.    

Rapidement, la machine à rumeurs s’est enclenchée et plusieurs amateurs ont émis le souhait de voir Domi être échangé. 

Cette réaction a visiblement déplu à Jonathan Drouin. 

Dans le cadre de son tournoi de golf qui se tenait mardi, le Québécois n’a pas hésité à critiquer «le marché montréalais». 

«C’est le marché montréalais encore une fois... Max a été notre meilleur joueur l’an passé avec 72 points. À un moment donné, il faudra que les gens de Montréal soient patients. Il y a quelques mois, les gens voulaient le signer à huit ans et neuf millions de dollars par année et là, tout d’un coup, tout le monde veut s’en débarrasser.    

«Je n’aime pas trop parler de ça et je ne veux pas trop dire ce que je pense. Mais à un moment donné, il va falloir que les gens réalisent que Domi est un excellent joueur et qu’on ne trouvera pas des gars comme lui partout.»

Et Drouin ne s’est pas arrêté là. 

«Max a toujours été à son affaire. On l’a placé sur une quatrième ligne et ce n’était pas facile pour lui. Mais son attitude était là. Avec Domi, que ce soit sur ou hors de la patinoire, il est toujours souriant et de bonne humeur. Il donne de l’énergie au groupe et il est constamment là pour les autres joueurs. 

«Je me répète, mais il a récolté 72 points. En trois ans ici, je n’ai vu personne d’autre réussir ça. Et en quelques mois, les gens de Montréal ne le veulent plus ici. Je trouve ça très bizarre.»

Un trio qui a du punch  

Drouin a également été questionné sur son association avec Nick Suzuki et Joel Armia, deux coéquipiers avec qui il a eu beaucoup de succès lors des deux derniers matchs de la série contre les Flyers. 

Le Québécois s’est montré très élogieux envers ses deux partenaires. 

«Avec Nick, la chimie s’est développée dès le camp d’entraînement. Tu l’observes un peu et tu comprends rapidement à quel point il est bon. Autant moi que Suzuki et Armia voulions jouer ensemble. On se trouvait bien sur la glace. Nous étions heureux d’être réunis. 

«Plusieurs oublient de parler d’Armia. C’est un gros morceau de notre trio. Il accomplit énormément et son nom devrait être davantage mentionné.»

Du renfort?  

Dans un autre ordre d’idées, le Québécois n’a pas caché qu’un peu d’aide externe, quelle qu’elle soit, ne serait pas refus. 

Il place toutefois son entière confiance entre les mains des dirigeants de l’équipe. 

«C’est sûr quand lorsque tu peux ajouter un bon défenseur ou un bon attaquant, tu ne craches pas là-dessus. On aime beaucoup notre équipe, mais on ne peut pas refuser l’ajout d’un gros morceau. On a de l’argent de disponible, mais il faut donner cet argent-là à un joueur qui aidera vraiment l’équipe.»

Voyez l'intégrale du point de presse de Jonathan Drouin dans la vidéo ci-dessus.